Les trois catégories de l’âme humaine..

Rate this item
(0 votes)
Les trois catégories de l’âme humaine..

Au nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux 

Les trois catégories de l’âme humaine sont : l’âme incitatrice au mal (nafs ammârah bi’ssû’), l’âme qui ne cesse de se blâmer (nafs lawwâmah) et l’âme apaisée (nafs mutma’innah).

L’âme incitatrice au mal (nafs ammârah bi’ssû’) :
C’est l’âme que les passions ont fait dévier. Elle a été influencée par les mauvaises habitudes si bien qu’il est difficile de la vaincre et de l’empêcher de sombrer dans une passion qu’elle désire ou d’une habitude qui la fait chuter dans la perdition. Elle a pris à la légère les manquements envers Dieu, l’obéissance à Lui, la foi en Lui et l’application de la lumineuse guidance qu’Il a révélée à Ses Prophètes et Ses Messagers. 
Dieu dit dans le saint Coran : 
Je ne m'innocente cependant pas, car l'âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, [ne la préserve du péché]. Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux". (53) 

L’âme qui ne cesse de se blâmer (nafs lawwâmah):

Il s’agit de celle qui se fait des reproches à propos du bien et du mal. Elle regrette souvent ce qui s’est passé et se fait des reproches en se disant : « si seulement je l’avais fait ou si seulement je ne l’avais pas fait ». 
Cependant, il n’y a pas une seule âme, qu’elle soit bonne ou perverse, qui ne se fasse pas des reproches. Si elle fait le bien, elle se dit : « si seulement j’avais fait encore davantage » et si elle fait le mal, elle se dit : « si seulement je ne l’avais pas fait ». C’est donc l’âme qui se fera des reproches dans la vie future pour ce qu’elle avait négligé dans le bas monde.
C’est par elle que Dieu a juré en disant :
« Je jure par l’âme qui ne cesse de blâmer » (Sourate 75, verset 2).

L’âme apaisée (nafs mutma’innah) :
C’est celle qui a eu la certitude que Dieu est son Seigneur, qui est rassurée par la Promesse de Dieu, qui a cru à Sa Parole et qui a enduré Son Commandement. Il s’agit de l’âme croyante. Dieu illumine le visage de son porteur et lui remet son livret dans sa main droite. Ainsi, elle se montre apaisée et contente du Décret de Dieu dans le bien et le mal, dans ce qui est bénéfique et ce qui est dommageable. C’est l’âme au sujet de laquelle Dieu a dit :
« Ô toi, âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée ». (Sourate 89 – Versets 27-28 ).

Read 71 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir