Children categories

La mission des Scud dans la vallée de Panchir?

La mission des Scud dans la vallée de Panchir? (0)

L’ultra médiatisé leader de Panchir Ahmad Massoud, à qui le gourou sioniste BHL apporte soutien et assistance et qui s’apprête d’ici les jours à venir à apparaître devant le Parlement européen sans doute pour plaider la cause de Panchir « autonome » ou « indépendante » un peu comme le Kurdistan irakien de 2003 peut-il expliquer aux Afghans contre qui il comptait utiliser ces terrifiants missiles Scud que les talibans viennent de localiser à Panchir ?

Ces batteries de missiles longs de 8 mètres au moins laissés pêle-mêle à l’abandon il n’allait certes en faire un usage cinématographique. C’était destiné à être tiré en direction de Kaboul ou n’importe quelle autre ville afghane sur laquelle était jeté le choix de l’axe US/OTAN. Partant de là on comprend mieux dès lors pourquoi l’armée US en totale débandade le 31 août a laissé derrière elle quelque 83 milliards de dollars d’armements bien plus que beaucoup de pays membres de l’OTAN. Au spectacle de ces Scud on comprend aussi pourquoi les Américains insistaient à ce point pour avoir le Sultan Erdogan à la tête de l’aéroport de Kaboul non pas comme gérant administratif, mais bien comme contrôleur sécuritaire c’est-à-dire la partie qui contrôle le trafic aérien et qui a donc la possibilité de faire transiter les terroristes d’Idlib ou de Daech. En deux mots les États-Unis voulaient refaire un remake du conflit de 2020 du Haut-Karabakh en Afghanistan pays où se croisent, se rallient Iran Chine Russie et Pakistan... La capitulation quasi acquise de Panchir où la population n’a pas vraiment résisté a donc toutes les chances de déboucher sur un plan B avec en toile de fond une « barezanisation » d’Ahmad Massoud attendu désormais à Bruxelles. 

View items...
Dome de fer a Riyad : USA imposent la "normalisation"

Dome de fer a Riyad : USA imposent la "normalisation" (0)

L’Arabie saoudite aurait contacté le régime israélien pour acheter ses systèmes de missiles au milieu de la guerre sanglante du royaume contre son voisin du sud, le Yémen.

Le magazine numérique Breaking Defense a publié le rapport mardi, citant des sources israéliennes.

Il a noté que le développement était intervenu après que les États-Unis ont retiré ses systèmes THAAD et ses batteries de missiles Patriot de la périphérie de la capitale saoudienne Riyad.

View items...
Le Hezbollah entier à l'heure de l'offensif

Le Hezbollah entier à l'heure de l'offensif (0)

Le premier pétrolier iranien est arrivé au port de Baniyas et le nouveau gouvernement libanais s’est mis sur pied ; voici une victoire irano-syro-libanaise contre l’hégémonie américano-israélienne, indique Raï al-Youm. 

Pour Abdel Bari Atwan, rédacteur en chef du quotidien en ligne Rai al-Youm et célèbre analyste du monde arabe, l’arrivée du premier pétrolier, chargé du carburant iranien, au port syrien de Baniyas est une victoire tripartite, enregistrée par l’Iran, la Syrie et le Liban contre l’hégémonie d’Israël et des États-Unis et constitue le point de départ d’un long trajet qui mènera à l’amélioration de la situation au Liban. 

View items...
La mise en garde de Poutine à Erdogan

La mise en garde de Poutine à Erdogan (0)

L’armée syrienne est prête à mener une opération militaire en banlieue sud d’Idlib et en banlieue ouest de Hama pour en repousser des terroristes. 

Selon les sources syriennes, « Moscou a tout fait pour contraindre Ankara de mettre en application les accords déjà signés, mais la Turquie n’a respecté aucun de ses engagements après tout ce temps. »

« Si Damas décide de reprendre le contrôle des régions occupées par les terroristes, l’armée syrienne est totalement prête à se lancer dans de nouvelles opérations militaires », ont ajouté les mêmes sources. 

Lire aussi: Le panier de crabes commence à phagocyter l’armée turque

Et de continuer : « Pour contraindre Ankara de se soumettre aux accords conclus, la Russie a bombardé les positions de terroristes dans des régions d’Idlib, d’Afrin et d’al-Bab ainsi que des localités étant sous le contrôle de l’armée turque et de ses supplétifs, au nord et au nord-est d’Alep. »

View items...
" l'armée israélienne n'est prête pour aucune guerre"

" l'armée israélienne n'est prête pour aucune guerre" (0)

Selon le site web d’information Rai al-Youm, de nombreux experts militaires du régime sioniste ont averti contre le manque de préparation de l’armée israélienne et de son front intérieur à entrer dans une prochaine guerre, soulignent que si les troubles ne s’arrangent pas rapidement, tout sera difficile et catastrophique pour Israël.

Isaac Burke, officier de réserve dans l’armée du régime d’occupation a qualifié la guerre d’octobre 1973 d’un tournant majeur pour les Israéliens. Ce dernier a également ajouté : « Après notre victoire dans la guerre de 6 jours, nous pensions qu’on était les plus forts et les meilleurs au monde. Mais nous n’avons pas réussi à nous préparer pour la prochaine guerre, alors on a reçu des coups douloureux durant les trois premiers jours, puis Israël a changé. »

Selon l’officier sioniste, Israël n’a pas tiré leçon de ces événements, et n’a pas réussi à se préparer pour une prochaine guerre.

« À l’époque, le ministre israélien de la guerre, Moshe Dayan, avait déclaré que l’armée égyptienne n’avait aucune chance de gagner contre l’armée israélienne », a-t-il évoqué rappelant qu’après la fin de la guerre, il est devenu clair que les propos de Dayan étaient faux et peu fiables. En effet, c’est devenu une culture en Israël de répéter toujours les mêmes erreurs.

« La situation militaire est à son pire niveau depuis plusieurs décennies, et Israël aura des ennuis dans toute future guerre en raison du manque de préparation de son armée », a-t-il déclaré. L’armée israélienne n’a pas connu une si mauvaise situation depuis 1965.

View items...
Les plus qu’auront les membres de l’OSC

Les plus qu’auront les membres de l’OSC (0)

Le site web de la chaîne chinoise de CGTN publiant un article de l’ancien Premier ministre kirghize Jantörö Satybaldiev, a évoqué le 20e anniversaire de la fondation de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), le 15 septembre et a qualifié une future adhésion de l’Iran à l’OCS d’un événement très important.

Le sommet de l’OCS est prévu les 16 et 17 septembre au Tadjikistan.

« Lors d’une conversation téléphonique, le 11 août, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, a discuté avec son homologue iranien, l’amiral Ali Shamkhani, des coopérations en matière de sécurité entre la Russie et l’Iran, l’Afghanistan et la Syrie ainsi que de la situation dans le golfe Persique », a écrit Satybaldiev. Il a également déclaré que l’Iran rejoindrait bientôt l’Organisation de coopération de Shanghai par décision mutuelle des États membres. Le même jour, Shamkhani a tweeté : « Heureusement, les obstacles politiques à l’adhésion de l’Iran à l’OCS ont été levés et l’adhésion de l’Iran sera finalisée après la tenue formalités techniques. »

L’Organisation de coopération de Shanghai a été fondée en 2001 avec six membres fondateurs. La décision de créer l’Organisation avait été prise en 1996 avec pour membre, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Chine, la Russie et le Tadjikistan. Peu de temps après, l’Ouzbékistan a été ajouté à la liste.

Aujourd’hui, l’OCS comporte huit États membres. En 2017, l’Inde et le Pakistan ont également rejoint l’Organisation et il est probable qu’il y aurait bientôt un neuvième membre.

L’article poursuit que l’adhésion officielle de l’Iran à l’OCS doit être considérée comme un véritable pas en avant.

Téhéran a rejoint l’Organisation de coopération de Shanghai en 2005 en tant que membre observateur, puis a demandé l’adhésion à part entière en 2008. Pourtant il n’a pas réussi à rejoindre l’Organisation jusqu’en 2015 en raison des sanctions internationales existantes.

Simultanément à la mise en œuvre du PGAC en 2015 et la levée de certaines sanctions, on s’attendait à ce que le terrain soit préparé pour cette adhésion, mais avec le rejet du Tadjikistan, la demande d’adhésion de l’Iran a été suspendue.

 

View items...
Freedom Tunnel a des impacts imprévus : Gaza sort ses missiles intercepteurs !

Freedom Tunnel a des impacts imprévus : Gaza sort ses missiles intercepteurs ! (0)

Les "Evadés" de Gilboa, ré-arrêtés ou pas, ont-ils pour mission de donner un coup de grâce à ce qui reste  de l'imbattable armée de l'air sioniste, 4 mois après l'opération Epée de Qods? Il est vrai qu'en mai plus d'un mythes, forgés autour de cette "imbattable armée de l'air d'Israël" est parti fumée au point tel qu'au dixième jour d'un conflit qui n'a duré en tout pour tout que 11 jours Netanyahu en a été à cogner la tête au mur US et à supplier qu'on lui envoie à la fois des missiles intercepteurs, des GBU et des JDAM supplémentaires mais que le Pentagone, voyant les vagues de missiles et de roquettes de Gaza qui s'amplifiaient curieusement à mesure que Gaza s'enfonçait sous des tonnes de bombes, a bien compris d'abord l'absurdité de la démarche et son dangerosité, puisqu'Israël n'allait pas survivre si le Metro de Gaza se mettait à vider son contenu sur les colonies sionistes.

Trêve signée,  "Bibi" fut liquidé et les Américains s'en sont allés chercher des plans B pour parer les séquelles car cela se voyait à des milliers de kilomètres, Gaza avait changé : ce n'était pas le Gaza des Frères musulmans mais celui de la Résistance agissant suivant un plan de guerre parfaitement synchrone avec le Hezbollah et la Syrie, innovant en tactique aussi bien qu'en stratégie. En 11 jours l'entité sioniste a vu ses ports et ses aéroports totalement bloqués, ses sites offshore fermés, ses bases aériennes passées sous les tirs de missiles, sa DCA multicouche totalement bousillé et confondu au point de tirer en direction des avions amis. Or en chose militaire ce sont des "acquis" qui restent, qui ne s'effacent pas et surtout qui évoluent dans le temps.

View items...