Imam Hussein et le jour de Achoura (22)

Rate this item
(0 votes)
Imam Hussein et le jour de Achoura (22)

MARTYRE DE ‘ABBASS B. ‘ALI (AS) ET SES FRÈRES

Quand ‘Abbass b. ‘Ali constata qu’un grand nombre des membres de sa famille était tombé en martyr, il s’adressa à ses frères utérins, ‘Abdallah, Ja’far et ‘Othman : « Ô mes frères, engagez-vous [dans la bataille] afin que je sois témoin de votre sacrifice pour Allah et Son Messager ! »

‘Abdallah s’engagea [dans la bataille]. Il lutta vigoureusement. Hani b. Thobayt al-Hadhrami échangea un coup contre lui et finalement Hani -qu’Allah le maudisse- le tua. Ensuite, c’est Ja’farb. ‘Ali (ra) qui s’avança mais Hani le tua aussi. Puis, Khawli b. Yazid al-Assbahi tira [une flèche] sur ‘Othman b. ‘Ali (ra), qui avait pris la place de ses frères [dans la bataille]. Il le fit tomber avant que les hommes de la tribu des Darim se précipitent sur lui et lui tranchent la tête. 

 Il ne restait que Imam Hussein et son demi- frere Abul-Fadhl Al-Abbas.

Si l'on peut résumer tout l'héroïsme et la noblesse des fidèles de l'Imam ce jour là, l'histoire de Abbas, frère de l'Imam en pourrait certainement être le meilleur exposé ;

Ayant été chargé par l'Imam d'aller chercher un peu d'eau pour les enfants assoiffés, il combattit toute la garde qui s'interposait entre eux et l'eau du fleuve, et lorsqu'il atteignit la rive, il remplit sa gourde et eut la tentation de boire...

Mais, se rappelant que l'Imam ne pouvait pas faire autant, il s'abstint et accourut pour ramener l'eau au camp, mais il fut assassiné en route, sans qu'il puisse boire après une soif de trois jours !

                                       *********************************

Un autre récit plus détaillé:

Après la prière du midi, un par un, les braves compagnons de l'imam al-Hussein (P) ont péri dans le champ de bataille. 

 Plusieurs fois Hazrat Abbas a demandé à l'Imam al-Hussein (P) la permission d'aller au combat et chaque fois l'Imam al-Hussein (P) répondait "Abbas, vous êtes le capitaine de mon armée, vous êtes mon «porte-étendard » c'est à Dieu que nous appartenons, et c'est à Lui que nous devons retourner !"

Soukeina s'approcha de son oncle Abbas. Une outre vide à la main. Derrière elle tous les autres enfants s'étaient rassemblés. Ils pleuraient, ils gémissaient, tant la soif les torturait. Soukeina tendit son outre à Abbas:
- Mon oncle, je sais que tu feras tout ce que tu peux pour nous apporter de l'eau. Même si tu ne peux remplir qu'une seule outre, au moins pourrons-nous mouiller un peu nos gorges desséchées!

Abbas prit l'outre plate, et demanda à l'Imam al-Hussein la permission d'aller chercher de l'eau pour les enfants.

L'Imam al-Hussein (P) a donné son autorisation. Abbas (P) prit la gourde de Sakina (P) , monta sur son cheval et alla vers l'Imam al-Hussein (P).
Il a déclaré: "Je suis venu vous dire au revoir". L'Imam al-Hussein (P) a dit: "Mon frère, viens m'embrasser».

Hazrat Abbas (P) se mit aux pieds de son cheval. Il y avait des larmes dans les yeux de l'Imam (P). Hazrat Abbas (P) monta son cheval, et sans prononcer un mot, s'est lançé dans le champ de bataille.

Les soldats d'ennemis ont tous entendu parler de la valeur de Hazrat Abbas (P). Un cri a surgi, «Abbas arrive!" . Les soldats de Yazeed ont commencé à se cacher derrière les autres. Quelques courageux ont osé aller plus près de Hazrat Abbas (P), mais ont rapidement été mis à mort.

 Abbas (P) a atteint la rivière al-Furaat. Il a rempli la gourde avec de l'eau. Et lui-même avait très soif. Il a pris l'eau dans ses paumes, il l'a examiné puis l'a jeté loin en disant: "O eau de Furaat , mes lèvres ne peuvent vous accueillir pendant que Sakina est trempée de soif ?" Il a pris la gourde et s'est apprété à rentrer.

Omar Ibn Saad a crié, «Ne laissez pas l'eau atteindre le camp d'al-Hussein , sinon nous serons tous condamnés!»

La faim et la soif terribles ne l'empêchaient pas de semer l'effroi dans les rangs ennemis.

Puisqu'il n'était pas possible de venir à bout d'un tel adversaire en le combattant de front, les hommes de Yazid lancèrent sur lui une grêle de flèches.
Abbais n'avait plus qu'un souci : protéger coûte que coûte l'outre et la porter intacte au campement. Un ennemi perfide, jaillissant tel un diable de derrière une dune de sable, porta un coup terrible tranchant net sa main droite. En un éclair Abbas saisi son épée de la main gauche, serrant l'étendard contre sa poitrine.

Le lion devenu infirme, les poltrons s'enhardirent. Ils vinrent plus près, encore plus près, un coup d'épée blessa profondément le bras gauche. Abbas serra l'outre entre ses dents, coinça l'étendard entre sa poitrine et sa monture, et força le barrage. IL n'était plus habité que par la pensée de Soukeina et des enfants, qui avaient mis en lui tous leurs espoirs. Dans une prière silencieuse, il supplia Dieu de l'épargner le temps de mener à bien sa mission.

Mais cela ne devait pas être. Une flèche transperça l'outre, qui se vida en peu d'instants. Une autre se ficha dans l'œil du héros désemparé par l'échec de son entreprise. Un coup mortel fut asséné à Abbas par derrière, avec une massue de fer.

IL chancela et tomba sur le sable brûlant. Sentant la mort approcher à grande pas, Abbas appela L'Imam al-Hussein, il a crié: «que la Paix soit sur vous O Mawlay !"

L'Imam al-Hussein (P) a semblé perdre toute sa force quand il a entendu la voix de son cher frère Abbas (P).

Lorsque Hazrat Abbas (P) alla chercher de l'eau, l'Imam (P) était à la porte du camp. Hazrat Sakina (P) était debout à côté de l'Imam al-Hussein (P).

L'Imam dit: "Sakina, votre oncle Abbas est à la rivière». Sakina a souri et a dit: "Louange à Allah! et a demandé à tous les enfants d'accueillir Abbas (P).

Lorsque Abbas a perdu les deux bras, le drapeau est tombé au sol. Sakina (P), ne pouvait plus voir ! Elle a regardé l'Imam al-Hussein (P), mais il a tourné son visage loin.

Hazrat Sakina (P) a commencé à trembler de peur et ses yeux se sont remplis de larmes. Elle leva ses mains vers le ciel et pria : «O Seigneur! Ne les laissez pas tuer mon oncle Abbas! Je ne vous demanderai jamais de l'eau à nouveau! " et sa mère l'a pris dans ses bras.

L'Imam al-Hussein (P) atteint Hazrat Abbas (P) pour le secourir. Hazrat Abbas (P) était couché sur le sol. Les deux mains avaient été coupés! Il y avait une flèche dans l'œil droit et du sang bloquait l'œil gauche. Dès que Hazrat Abbas (P) a senti la présence de l'Imam al-Hussein (P) il dit « Mawlay, pourquoi avez-vous pris la peine de venir? S'il vous plaît revenez en arrière et occuper vous de Sakina ».

L'Imam al-Hussein (P) dit: "Mon cher frère, durant toute votre vie vous m'avez servi moi et mes enfants. Qu'est-ce que je peux vous faire ce dernier moment de votre vie?"

Hazrat Abbas (P) a répondu, "S'il vous plaît, nettoyer le sang de mes yeux pour que je puisse voir le visage de mon bien-aimé avant de mourir!"

L'Imam (P) a nettoyé le sang. Hazrat Abbas (P) a fixé son regard sur l'Imam (P), puis il dit, " s'il vous plaît Mawlay ne portez pas mon corps au camp. Je ne veux pas que Sakina me voit dans cet état! ".

L'Imam al-Hussein (P) prit Hazrat Abbas (P) dans ses bras, et lui fit un baiser sur le front. Abbas murmura: Mon frère! Mon frère ! Et avec ces mots il rendit le dernier soupir.

L'Imam al-Hussein s'effondra:

- O Abbas ! (maintenant avec ton martyr) mon échine est cassée et ma force diminuée

L'Imam al-Hussein (P) placa la gourde sur le drapeau et rentra au camp. Il alla voir Hazrat Zainab (P) dans sa tente. L'Imam (P) ne pouvait dire un mot. Il a donné le drapeau à Hazrat Zainab (P), et s'assit sur le plancher! Le frère et la sœur effectuèrent le 'Aza de l'Abbas en pleurant son martyre.

Sources:

www.frenche.almaaref.org

Le martyre de Houssayn (as)* de Cheikh al-Mofid
[PDF] : https://houssayn.fr/download/25042/
[EPUB] : https://houssayn.fr/download/25045/

Read 243 times