Les recommandations d'imam Hassan (as)

Rate this item
(0 votes)
Les recommandations d'imam Hassan (as)

LES PAROLES D’IMAM AL-HASSAN(P)

-La méconnaissance de la grâce est une bassesse. -Chaque fois qu'un groupe de gens se consultent, la voie de la décision mûre leur est acquise. -Le déshonneur vaut mieux que le feu de l'Enfer. -Le proche est celui que l'amitié rapproche bien que sa parenté soit lointaine, le lointain est celui que l'amitié éloigne bien que sa parenté soit proche.

-Comporte toi avec les gens exactement comme tu voudrais qu`on se comporte avec toi. 

-Chaque fois qu'un groupe de gens se consultent, la voie de la décision mûre leur est acquise.

-Le déshonneur vaut mieux que le feu de l'Enfer.

- « Le croyant sincère est celui qui méprise ce bas monde, qui se débarrasse de la domination de son ventre, de ses désirs sensuels et de sa colère, et qui ne s’exaspère ni ne se plaint. S’il tient séance avec des savants, il est le plus soucieux de les écouter attentivement sans parler. C’est celui qui ne prend jamais part à une allégation, ni ne s’engage dans des polémiques ».

 - « Pas de bonne conduite de la part de l’insensé ; pas de souveraineté pour l’indolent ; pas de pudeur de la part d’une personne irréligieuse ».

 - « La perdition des gens est due à trois choses : l’arrogance, l’avidité et l’envie. L’arrogance mène à la perte de la religion et a entraîné la malédiction d’Iblis. L’avidité est l’ennemie de l’âme et a chassé Adam du Paradis. Et l’envie est la source du mal et a poussé Caïn à tuer son frère Abel ».

 

Quand il faisait le pèlerinage il y faisait le parcours à pied et il lui arrivait d’y aller à pieds nus. Il évoquait Dieu chaque fois qu'il entreprenait de faire quelque chose. Il était le plus sincère et le plus éloquent en parlant. Chaque fois qu'il arrivait devant la porte de la mosquée, il relevait son visage vers Dieu et disait : 'Seigneur, Ton hôte est devant Ta porte. O Bienfaiteur, le malfaiteur vient vers Toi. Efface, Généreux, ce que j'ai de mauvais par ce que Tu as de bon' !". On dit que chaque fois qu'il faisait ses ablutions, il prenait un teint pâle et tremblait de tous son corps. Interrogé sur ce qui lui arrivait, il a répondu : 'Il est normal, pour tout chacun qui se tient devant le Seigneur du Trône, de pâlir et de trembler".   

 

Imâm al-Hassan (p) a dit : « Ô fils d’Adam ! Abstiens-toi de toucher à ce qui est interdit par Dieu, tu seras alors un dévot. Contente-toi de la part que Dieu te donne, tu seras alors riche / l’obéissance à Dieu est un trésor inépuisable/. Sois bons avec tes voisins, tu seras alors un Musulman / car l’Islam nous demande d’être bons avec nos voisins /. Comporte-toi envers les autres de la manière que tu aimes qu’elle soit celle avec laquelle ils se comportent envers toi, tu seras alors juste. Il y avait parmi vous des gens qui amassaient beaucoup d’argent, qui construisaient de grands édifices et qui nourrissaient beaucoup d’espoir, mais ce qu’ils avaient amassé s’est évaporé, leur action s’est révélée vaine et leurs habitations se sont réduites à des tombes. Ô fils d’Adam ! Depuis ta sortie du ventre de ta mère, tu ne fais que démolir ta vie / l’homme a la plus longue vie devant lui au moment de sa naissance /. Prends de l’argent que tu possèdes dans ce bas-monde et réserve-le pour l’Autre monde, car le croyant fait des provisions pour l’Autre monde, alors que le mécréant épuise tout dans ce bas-monde à la recherche des plaisirs ».

On rapporte aussi qu’un homme lui a dit : « J’aimerais m’asseoir près de toi ». L’Imâm (p) lui a répondu : « A trois conditions : ne me flatte pas, car je me connais plus que tu ne me connais ; ne mens pas en ma présence car le menteur n’a pas d’avis ; ne médis personne en ma présence car… » ; Sur-ce l’homme a renoncé en disant : « Me permets-tu de me retirer ? ». L’Imâm (p) lui a dit: « Si tu le veux ».

L’Imâm al-Hassan (p) a dit : « Ô fils d’Adam ! Abstiens-toi de toucher à ce qui est interdit par Dieu, tu seras alors un dévot. Contente-toi de la part que Dieu te donne, tu seras alors riche / l’obéissance à Dieu est un trésor inépuisable/. Sois bons avec tes voisins, tu seras alors un Musulman / car l’Islam nous demande d’être bons avec nos voisins /. Comporte-toi envers les autres de la manière que tu aimes qu’elle soit celle avec laquelle ils se comportent envers toi, tu seras alors juste. Il y avait parmi vous des gens qui amassaient beaucoup d’argent, qui construisaient de grands édifices et qui nourrissaient beaucoup d’espoir, mais ce qu’ils avaient amassé s’est évaporé, leur action s’est révélée vaine et leurs habitations se sont réduites à des tombes. Ô fils d’Adam ! Depuis ta sortie du ventre de ta mère, tu ne fais que démolir ta vie / l’homme a la plus longue vie devant lui au moment de sa naissance /. Prends de l’argent que tu possèdes dans ce bas-monde et réserve-le pour l’Autre monde, car le croyant fait des provisions pour l’Autre monde, alors que le mécréant épuise tout dans ce bas-monde à la recherche des plaisirs ».

 

On raconte que l’Imâm al-Hassan (p) se trouvait une fois avec son frère, l’Imâm al-Hussein (p), lorsqu’ils ont vu un vieil homme en train de faire ses ablutions, mais en y commettant quelques erreurs. Il a donc voulu lui apprendre à les faire correctement. Ils étaient tous les deux jeunes, alors que lui, il était un vieillard. Le vieillard n’accepte pas d’habitude d’être instruit par une personne plus jeune. Les deux Imâms (p) ont donc choisi un autre moyen. Ils ont feint être en désaccord sur l’un des gestes à appliquer dans la procédure des ablutions. Ils lui ont donc dit : « Ô grand-père ! Mon frère et moi nous voulons faire nos ablutions devant vous pour que tu nous dises qui d’entre nous sait mieux les faire ». En terminant leurs ablutions, ils lui ont demandé de dire lequel parmi eux les fait mieux que l’autre. Le vieux leur a dit : « Vous les faites, tous les deux très bien ». Mais il signifiait indirectement que lui-même ne le faisait pas très bien. De cette manière humaine et sage, les deux Imâms ont voulu épargner à cet homme sa dignité. Ils Lui ont sagement appris ce qu’il devait savoir, mais sans lui porter atteinte. Cela fait partie des bons caractères des Gens de la Maison (p).

Au sujet de la mansuétude, de la magnanimité et des bons caractères, al-Mubarrid et Ibn 'A'isha racontent qu'un Syrien parmi les partisans de Mu'âwiya a vu l'Imâm al-Hassan (p) passer sur le dos de sa monture et s'est mis à l'insulter. Une fois que le vieux syrien ait fini de lancer ses injures, l’Imâm (p) lui a dit : « O vieux ! Je pense que tu es étranger et que tu me prends pour un autre. Si tu as quelque chose à nous reprocher, nous t’écoutons. Si tu es pauvre, nous te donnons ce dont tu as besoin. Si tu as perdu ton chemin, nous te l'indiquons. Si tu as faim, nous te donnons à manger. Si tu n’as pas de vêtements, nous te donnons de quoi te vêtir. Si tu es dans le besoin, nous te donnons de quoi t'enrichir. Si tu es pourchassé, nous te donnons de quoi te loger. Si tu as besoin de quelque chose nous te le donnons. Dirige donc ta chamelle vers notre demeure et sois notre hôte jusqu'à ton départ. Cela te vaudra mieux, car nous possédons une maison spacieuse et disposons de grandes largesses ». L'entendant parler de la sorte, le Syrien  s'est mis à pleurer avant de dire : « Je témoigne que tu es le lieutenant de Dieu sur terre. Dieu sait à qui confier  Ses Messages ! Toi et ton père étiez les deux créatures de Dieu que je haïssais le plus. Maintenant, tu es la créature de Dieu que j'aime le plus ». Puis il a dirigé sa chamelle vers la maison de l'Imâm (p) où il est resté comme hôte jusqu'à son départ qu'il a fait en devenant l'un de ceux qui aiment les Gens de la Famille.

 

 On rapporte que, à la fin de sa vie  noble, l’un de ses compagnons, lui a demandé : « Fais-moi un sermon, ô Fils du Messager de Dieu »Imâm Hassan lui a  répondu :« Apprête-toi au voyage que tu as à faire / vers l’Autre monde /. Prépare tes provisions avant d’être surpris par la mort / ((Emporte des provisions de voyage ;(( mais vraiment, la meilleure provision de voyage est la crainte révérencielle de Dieu)) (Coran II, 197). Sache que tu suis la vie de ce monde ci et que la mort te suit. Ne te soucie pas de ton jour qui n’est pas encore venu alors que ton jour que tu vis n’est pas encore fini / Pense à obéir aujourd’hui à ton Seigneur et à te procurer tes subsistances car, demain, tu auras d’autres soucis /. Sache qu’en gagnant un surplus d’argent, tu ne fais que l’amasser pour d’autres /, cet argent sera distribué aux héritiers. Sache que tu seras jugé pour l’argent que tu gagnes de manière licite dans ce bas-monde, que tu seras châtié pour l’argent que tu y gagne de manière illicite, et que tu seras blâmé pour l’argent que tu y gagnes de manière peu claire. Comporte-toi face à ce bas-monde comme tu le fais face à ce que tu prendrais d’une viande venue d’une bête qui n’aurait pas été égorgée légalement : Prends-en juste ce qui te suffit. S’il était licite, tu aurais été ascète. S’il était illicite, tu n’aurais pas à en rendre des comptes. S’il était du genre qui implique le blâme, tu n’en serais blâmé que légèrement. Travaille pour ce bas-monde comme si tu vivrais pour toujours et travaille pour l’Autre monde comme si tu allais mourir demain. Si tu cherches à être glorieux mais que tu n’as pas de partisans, ou à être craint mais que tu n’as pas de pouvoir, tu n’as qu’à abandonner l’humiliation de celui qui désobéit à Dieu, et qu’à être glorieux en obéissant à Dieu, à Lui la Grandeur et la Gloire ».

 Junâda Ibn Abû ‘umayya a dit à ce propos : « Je l’ai visité alors qu’il se trouvait sur son lit de mort et lui a dit : « شMaître ! Pourquoi ne te soignes-tu pas ? ». Il m’a répondu : « ش serviteur de Dieu ! Comment pourrais-je me soigner face à la mort ? ». J’ai alors dit : « Nous appartenons à Dieu et c’est vers Lui que nous retournerons ; Sermonne-moi, ô fils du Messager de Dieu ! ». « Oui ; m’a-t-il dit : ‘Prépare-toi pour ton voyage (vers l’Autre monde). Prépare tes provisions de mort et sache que tu recherches la vie de ce bas-monde alors que la mort te recherche. N’ajoute à l’inquiétude de la journée que tu vis celle de la journée qui n’est pas encore venue. Sache qu’avec l’argent que tu gagnes et qui dépasse tes subsistances, tu ne fais que l’amasser pour d’autres, les héritiers. Sache que pour ce qui est licite dans ce bas monde tu auras à en rendre des comptes, que pour ce qui y est illicite, tu en seras châtié et que pour ce qui y est confus tu en sera blâmé. Considère donc la vie de ce bas-monde comme tu le fais pour de la viande prise d’un animal illégalement égorgée : S’en servir justement pour rester en vie. Si elle est licite tu auras alors agit comme un ascète. Si elle est illicite, tu n’en seras pas fautif. Les blâmes, s’il aurait des blâmes en seront supportables. Agis pour ta vie dans ce monde ci comme si tu vivais éternellement ; et agis pour ta vie dans l’Autre Monde comme si tu mourrais demain. Si tu recherches la gloire sans avoir une armée à tes ordres, et si tu recherches à avoir de la puissance sans avoir du pouvoir nécessaire, tu n’as alors qu’à passer de l’infamie de la désobéissance à Dieu, à la gloire de l’obéissance à Dieu. Si tu sens le besoin d’avoir une compagnie, accompagne donc celui qui, en l’accompagnant, te rend plus valeureux ; celui qui, lui rendant un service, il te protège ; celui à qui tu demandes un service, il te le rend ; celui à qui tu parles, il te croit ; celui qui t’assiste là où tu te trouves en besoin d’être assisté ; celui qui tend sa mains pour faire du bien chaque fois que tu le fais ; celui qui, voyant en toi une faille, fait ce qu’il faut pour la combler ; celui qui, te voyant faire une bonne œuvre , il la reconnaît ; celui à qui tu demandes quelque chose, il te donne ; celui qui, lorsque tu te tais, il te parle ; celui qui, lorsque tu subis une épreuve, il accourt à ton secours ; celui qu’aucune calamité ne t’arrive de sa part ; celui qui ne te donne pas en agissant à être dans le désarroi ; celui qui ne t’abandonne pas aux moments difficiles ; celui qui te privilégie chaque fois que vous partager quelque chose à partager ». Après quoi, dit Junâda, il a eu le souffle haletant et le teint jauni. J’ai eu peur pour lui.

Le testament laissé par al-Hassan (p) à son frère al-Hussein (p)   

 "Voici ce que al-Hassan Fils de 'Alî a recommandé à son frère al-Hussein Ibn 'Alî. Il a déclaré qu'il témoigne qu'il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu, Unique et sans associé, et qu'il L'adore comme il se doit, sans Lui prendre d'associé dans Son Royaume, et sans s'écarter de l'humilité dans la reconnaissance de Son Autorité. Il a créé toute chose selon des mesures. Il est le plus digne d'être adoré et le plus méritant d'être loué. Celui qui Lui obéit réussit, celui qui Lui désobéit se perd et celui qui revient vers Lui se retrouve. Je te recommande, ô Hussein, d'être attentif envers ceux que j'ai laissé parmi les membres de ma famille, mes enfants et les membres de ta famille. Je te recommande de pardonner ceux qui, parmi eux, font du mal et d'accepter ce qui provient de ceux, parmi eux, qui font du mal. Je te recommande de me remplacer et d'être pour eux un père. Je te recommande, ô mon frère, de m’enterrer près de la tombe de mon grand-père. Si on s'y refuse, je te demande au nom de la parenté par laquelle Dieu nous a reprochés, et au nom de notre parenté proche qui nous lie au Messager de Dieu (P), de ne pas faire couler, dans cette affaire, ne serait-ce qu’une seule goutte de sang, et ce en l'attente de notre rencontre avec le Messager de Dieu (P) devant qui nous nous disputeront et nous lui rendront compte du mal que les gens nous ont fait après sa mort ».

 Après la mort de l'Imâm al-Hassan (p), l'Imâm al-Hussein (p) a voulu l'enterrer près de la tombe du Messager de Dieu (P). Mais les Umayyâdes, dirigés par Marwân Ibn al-Hakam, l'ont empêché de le faire, et il a fini par l'enterrer à Baqî', près de la tombe de sa grand-mère, Fâtima fille de Asad.

L'Imâm al-Hassan (p) était très versé dans la science. Il se distinguait par sa spiritualité, par sa fidélité à Dieu et à Son Messager (P), par ses bons caractères et sa mansuétude. Il est un bon exemple à suivre par tout Musulman. Que la Paix soit sur lui, le jour où il est né, le jour où il est tombé en martyr et le jour où il sera ressuscité.   

 

Read 53 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir