Bref aperçu sur la vie de Malik « al-Ashtar, Grand Compagnon d'Imam Ali ibn Abitalib as

Rate this item
(0 votes)
Bref aperçu sur la vie de Malik « al-Ashtar, Grand Compagnon d'Imam Ali ibn Abitalib as
Bref aperçu sur la vie de Malik « al-Ashtar, Grand Compagnon d'Imam Ali ibn Abitalib as
 
Malik ibn Harith an-Nakha’i, connu sous le nom de Malik « al-Ashtar », fut le commandeur de l’armée d’Ali ibn Abi Talib ع en Irak.

Pendant le califat d’Imam Ali ع, il participa aux batailles de Jamal et de Siffin. Puis Ali ع le choisit comme gouverneur de l’Égypte.

Avant d’arriver en Egypte, il fut tué (empoisonné) en martyre. Son fils, Ibrahim, accepta l’appel de Mukhtar al-Thaqafi(quelques années aprèsaprès lele martyremartyre d'Imamd'Imam HusseinHussein auau Karbala) et faisait partie des vengeurs des assassins de l’Imam Husayn ع.

Il était connu sous le titre d’al-Ashtar car pendant les batailles contre Rome, son œil fut blessé. À partir de ce jour-là, on l’appelait Malik al-Ashtar.

Malik grandit au Yémen. En l’an 11 ou 12 de l’hégire (632 ou 633), il quitta le Yémen. Il fut un des gouverneurs et un des gens courageux de son pays ainsi que le chef de sa tribu. Il immigra en Irak et vécut le reste de sa vie à Koufa.

Malik fut présent aux funérailles d’Abu Dhar al-Ghafari, d’après un hadith du Prophète sawas, il dit :

« Un groupe des croyants participeront aux funérailles d’Abu Dhar. »

De plus, ce fut Malik qui dirigea la prière de la mort pour Abu Dhar.

•Sharh Nahj al-Balagha, ibn Abi al-Hadid, v 15 p 99•

Said ibn As al-Amawi, l’émir de Koufa à l’époque d’Uthman troisième Calife, dit lors d'une assemblée :

« Sawad (un endroit en Irak qui a beaucoup de jardins) appartient aux Omeyyades. »
Malik et certains autres l’opposèrent très fort et commencèrent à se battre. Suite à cet événement, Uthman ordonna de bannir Malik plus 9 autres personnes et de les envoyer en Syrie.

Malik ibn Ka’b al-Ahrabi, Aswad ibn Yazid an-Nakha’i, Alqama ibn Qays an-Nakha’i et Sa’sa ibn Sawhan furent bannis avec Malik.

Suite aux disputes qui eurent lieu en Syrie, entre ces déportés et les partisans de Muawiya, ce dernier demanda à Uthman de ramener les déportés en Irak.

Dès leur arrivée à Koufa, ils recommencèrent à critiquer le comportement du Califat. L'ordre est venu ĺĺ
à nouveau de les bannir à Hims auprès d’abd ar-Rahman ibn Khalid ibn al-Walid.

Lorsque Malik revint à Koufa, Said ibn As al-Amawi, l’émir de Koufa, était à Médine.

Les gens de Koufa choisirent Malik comme leur émir et lui promirent de ne plus permettre à Said ibn As al-Amawi de rentrer dans cette ville.

Lorsque les opposants contre Uthman se réunirent à Médine, Malik y alla en tant que chef des opposants de Koufa, mais lorsque les opposants menacèrent Uthman et décidèrent de le tuer, Malik et le chef des opposants de Bassora se séparèrent d’eux mais les égyptiens continuèrent l’encerclement d’Uthman.

Après la mort d’Uthman, Malik encourageait les gens à prêter l’allégeance à Ali.

Dans la bataille de Jamal, Malik fut le commandeur droite de l’armée d’Ali ع.

Il se battit contre Abdallah ibn Zubayr lorsque ce dernier avait en main, la bride du chameau d’Aisha.

A la fin de la bataille, Malik dit:

« Gloire à Dieu qui a secouru son bien-aimé et a humilié son ennemi. »

Puis il récita ce verset :

‎وَقُلْ جَاءَ الْحَقُّ وَزَهَقَ الْبَاطِلُ إِنَّ الْبَاطِلَ كَانَ زَهُوقًا

Et dis : « La Vérité est venue et l'Erreur a disparu. Car l'Erreur est destinée à disparaître. »

Coran •17-81•

Dans la bataille de Siffin, Malik fut également le commandeur de l’armée d’Ali ع.

Lorsqu’il avança au sein de l’armée de Muawiya et que l’armée de l’Imam ع allait vaincre les ennemis, les soldats de Muawiya usèrent de ruse et mirent le Coran sur les lances et proposèrent l’arbitrage du Coran (al-hakamiyya).

Plus de 20 000 soldats de l’armée d’Ali ع vinrent auprès de l’Imam ع en le menaçant, lui dirent :

« Si tu n’arrêtes pas Malik d’avancer, on va te tuer. »

Ali ع leur parla beaucoup et tenta de leur faire comprendre que ce n’est que la ruse de Muawiya, et qu’ils vont bientôt les vaincre, mais ils n’acceptèrent pas. Donc, l’Imam ع envoya Yazid ibn Hani pour demander à Malik d’arrêter le combat.

Malik lui dit :

« Dis à Ali que je vais bientôt les vaincre et que ce n’est pas le moment de me déplacer. »

L’envoyé de l’Imam ع revint et transmit le message de Malik, mais les gens qui avaient entouré l’Imam ع insistèrent beaucoup.

L’Imam ع dit à son envoyé :

« Dis à Malik qu’il y a une discorde et qu’il faut revenir. »

En entendant le message de l’Imam ع, Malik dit :

« Par Allah, lorsqu’ils mirent le Coran sur les lances, je me suis dit qu’il y aura une discorde. Mais est-ce logique que j’abandonne cette situation ? »

L’envoyé de l’Imam ع lui répondit :

« Ils ont menacé Ali et lui ont dit que si tu n’arrêtes pas le combat, ils vont tuer Ali comme ils ont tué Uthman. »

De ce fait, Malik arrêta le combat et lorsqu’il revint vers le camp de l’armée de l’Imam ع, il se mit à blâmer les gens qui avaient menacé l’Imam ع et ils se mirent à se battre d’une façon que l’Imam ع leur cria dessus et les arrêta.

Après la bataille de Siffin, l’état de l’Egypte fut perturbé. Ali ع appela Malik et l’envoya en Egypte comme gouverneur de ce pays.

Lorsque Muawiya fut informé de cette nouvelle, il apprit que si Malik arrive en Egypte, il ne pourra plus conquérir ce pays(En ce moment, Muhammad ibn Aboubakr était le gouvrneur d'Égypte*).
Muawiya dit à une personne :

« Si tu tues Malik, je ne te prendrai plus d’impôt tant que je suis en vie. »

Lorsque Malik arriva à Qulzum, cet homme accueillit Malik et l’invita à manger chez lui. Il empoisonna une boisson, Malik en but et fut tué.

Alqama ibn Qays an-Nakha’i, un homme de la tribu de Malik dit :

« Ali fut tellement triste à cause du martyre de Malik que cela se voyait dans son visage pendant des jours. Il nous semblait qu’il était plus triste que nous, les gens de la tribu de Malik. »

En envoyant Malik en Egypte, Ali ع écrivit une lettre dans laquelle, il décrivit Malik pour les égyptiens et dit :

« Je vous ai envoyé un des serviteurs d’Allah, celui qui ne craint lorsque tout le monde a peur, celui qui n’a peur d’aucun ennemi et qui est plus dangereux que le feu envers les ennemis. Il est Malik ibn Harith de la tribu de Midh’haj. Obéissez-lui, car il est une épée de celles de Dieu. Il est fort et rapide. S’il vous demande de vous déplacer, déplacez-vous, et s’il vous demande de rester, restez, car quand il fait [quelque chose] ou quand il s'abstient [de le faire], c’est à moi qu’il obéit. »

Lorsque l’Imam ع reçut la nouvelle de la mort de Malik, il dit :

« Malik ! Qui était Malik ! Par Allah, que s’il était une montagne, il serait une montagne tellement extraordinaire et s’il était une pierre, il serait une pierre tellement solide que le pied d'aucun cheval, ni l'aile d'aucun oiseau, ne pourraient atteindre le sommet. »

Ainsi, il dit :

« Qu’Allah bénisse Malik. Il était envers moi comme ce que j’étais envers le Prophète. »

En entendant la nouvelle de la mort de Malik, Muawiya dit :

« Ali avait deux mains, l’une coupée dans la bataille de Siffin, Ammar ibn Yasir, et l’autre coupée aujourd’hui, Malik al-Ashtar. »

* Bien que Mâlik tomba en martyre, Muhammad b. Abî Bakr se sentit triste pour être remplacé par Mâlik. Pour apaiser Muhammad, Imam Ali (a) lui écrit une lettre, disant :
Je me suis informé que tu fut triste d'envoyer Mâlik pour contrôler les affaires. Je ne le fais pas ce changement car tu étais faible et inefficace ou j'ai attendu de plus en plus essai. Mais, je t'enverrai dans un endroit où le travail sera plus facile et où tu seras à l'aise.
Après avoir terminé la bataille de Siffin, Muawiya décida d'attaquer l'Egypte. Il écrit une lettre aux vengeurs du sang de Uthman en Egypte de leurs demanda à le rejoindre.
Quand l'armée de Muawiya sous le commandement de 'Amr b. al-'Âs, attaqua l'Egypte, 10 000 soldats des opposant de l'Imam Ali (a) en Egypte la rejoignirent. Finalement, dans une bataille inégale entre l'armée de Muawiya et celle de Muhammad b. Abî Bakr, qui ne comptait que deux mille soldats, ce dernier fut vaincu à al-Musannâh... et  Muhammad ibn Aboubakr est tombé en martyre.
Après avoir tué Muhammad, selon certains sources, les soldats de Muawiya mirent son corps dans le ventre d'un âne mort et le brûlèrent.
Muhammad b. Abî Bakr tomba en martyre au mois de Safar en l'an 38 de l'Hégire. Lorsque la nouvelle de son martyre atteint à l'Imam Ali (a), l'Imam pleura et dit :
"Il était un serviteur juste pour Allah et un fils juste pour nous".
Il est rapporté qu’après le martyre de Muhammad, Aïcha, sa soeur, maudissait constamment Muawiya, 'Amr b. al-'Âs et Muawiya b. Hudayj. Asmâ' bt. Umays, la mère de Muhammad, fut également décédée à la suite du deuil de son fils.
Read 235 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir