15 Dhû al-Hujjah, naissance d'Imam al-Hadi (as)

Rate this item
(0 votes)
15 Dhû al-Hujjah, naissance d'Imam al-Hadi (as)

Un groupe de gens de la ville d’Ispahan, parmi eux Abu al Abas Ahmad fils d’al Nasr, Abu Ja’afar fils d’Alawiya. Ils ont dit : Il y avait à Ispahan un homme nommé Abderrahmane et il était shiite. Quelqu’un lui dit : Quelle est donc la raison qui t’a convaincu pour adhérer à ceux qui professent l’Imamat d’Ali an Naqiy et pas un autre que lui parmi les gens de son époque ? Il a dit : J’ai vu ce qui m’a convaincu de cela. En effet, j’étais un homme pauvre mais doué d’une langue éloquente et arrogante, ce qui a fait que Les gens d’Ispahan m’ait expulsé une année avec un groupe. Nous sommes arrivés devant la porte d’Al Mutawakil en faisant mine d’être opprimés. Un jour alors que nous étions devant la porte d’Al Mutawakil, l’ordre fut donné de captiver Ali fils de Muhamed fils de Ridha. J’ai dit à mon entourage : Qui est cet homme qu’ils vont capturer ? Il m’a été dit : C’est un homme Alawite, les Rafidhas le considèrent en tant qu’Imam. Et ils rajoutèrent : On pense qu’Al Mutawakil a donné l’ordre de le ramener pour le tuer. Je me suis dis, je ne bougerais d’ici que lorsque j’aurai vu à quoi ressemble cet homme. Il dit : un homme est arrivé sur un cheval et les gens se sont levés et se sont mis en rang à droite et à gauche sur son chemin et ils le suivirent du regard. Lorsque je l’ai aperçu, je me suis levé et je l’ai regardé et son affection a pénétré mon cœur. Je me suis mis à implorer Dieu pour lui dans mon cœur afin qu’Il le sauve du mal d’Al Mutawakal. Il continuait à chevauché entre les gens alors que son regard était posé sur le flanc de sa monture, sans regarder à gauche ni à droite. Je continuais à invoquer pour lui et lorsqu’il arriva à mon niveau, il me regarda et il me dit : Allah a agréé tes invocations, Il a rallongé ta vie, amplifié ta richesse et ta descendance. On est revenu après cette histoire à Ispahan et ainsi Allah a répandu sur moi une fortune au point que j’ai derrière ma porte l’équivalent de mille et mille dirhams hors ma fortune qui est à l’extérieur de ma maison, j’ai eu dix enfants et j’ai atteint plus de soixante dix ans. Depuis je professe l’Imamat de cet homme qui a su ce qu’il y avait dans mon for intérieur et Allah a exaucé ses invocations à mon égard.

Read 121 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir