l'anniversaire de la mort du Messager de Dieu (P)

Rate this item
(0 votes)
l'anniversaire de la mort du Messager de Dieu (P)

Avec l'anniversaire de la mort du Messager de Dieu (P):La Miséricorde n'est pas partie avec Lui !
L'Islam : Le Message de la vie

Dieu, le Très-Haut, dit dans Son Noble Livre : ((Nous ne t’avons envoyé que par miséricorde pour les univers)) (Coran XXI, 107). Cette miséricorde apportée par le Messager (P) a gagné le monde entier, pour faire sortir les hommes des ténèbres vers les lumières, pour conduire le monde entier à vivre dans une paix construite à partir de la justice qui englobe tous les humains. Il en est ainsi car Dieu, le Très-Haut, a fait de l'établissement de la justice le commencement et l'aboutissement de tous les messages divins.

Dès son envoi par Dieu, le Très-Haut, pour apporter le Message, le Prophète (P) s'est mis à œuvrer pour affirmer la doctrine de l'Unicité et pour supprimer la doctrine du polythéisme qui représente la mentalité arriérée, surtout par le culte des idoles qu'adoptaient les Polythéistes, en construisant des divinités en pierres pour les adorer.

Le Prophète (P) a été très éprouvé par l'opiniâtreté des Polythéistes. Il a pourtant assez vécu pour pouvoir consolider les piliers du Message que les Polythéistes ont voulu empêcher son extension dans le monde. Mais Dieu a voulu permettre à ce Message de se propager partout et dans le temps, car le Message islamique que Dieu a consacré comme le sceau de tous les messages célestes, tout comme Il a consacré le Messager (P) sceau de tous les prophètes (p), est un Message adressé à la vie toute entière.

Le Messager (P) s'est donc mis à transmettre son Message et il a été très persécuté par les Polythéistes qui l'ont chassé hors de la Mecque après avoir fomenté contre lui un complot dont les scènes nous sont relatées par le Coran et les biographies. En effet, chaque fois que les Polythéistes ne pouvaient plus souffrir le Prophète, ou n'arrivaient pas à l'obliger de renoncer à ses positions, ou de contrer ses arguments et faire face à son appel, ils lui souhaitaient la mort pensant que sa mort mettrait un terme au conflit qui les opposait à lui. Ils pensaient pouvoir ainsi pratiquer sans problèmes leur culte des idoles. Mais le Coran affirmait, de son côté, au Prophète (p) que c'est en vain qu'ils souhaitent le voir mourir, car ils pouvaient, eux-mêmes mourir avant lui, ou au même moment que lui, car nul ne pourra échapper à la mort : ((Et nous n’avons assigné à l’immortalité nul homme avant toi. Mourrais-tu alors que ceux-ci demeureront ?)) (Coran XXI, 34).

Comme le Prophète (P) est un homme comme tous les autres hommes, su fait qu'il est né, qu'il meurt et qu'il sera ressuscité, Dieu, le Très-Haut, lui a révélé : ((En vérité, tu es pour mourir; eux aussi, en vérité sont pour mourir. Ensuite, au Jour de la Résurrection, oui, vous disputerez auprès de votre Seigneur!)) (Coran IXL). Il s'agit là d'une loi incontournable imposée aux humains, y compris les prophètes, par Dieu. Tous les hommes seront conduits devant Dieu au Jour du Jugement.

D'après sa biographie, le Prophète (P) a connu une expérience très dure dans la bataille de Uhud : Après la victoire qu'ils avaient emportée au début de la bataille, les Musulmans étaient vaincus à Uhud, à cause des archers qui ont quitté les positions que le Prophète (P) leur avait assignés. Voyant la déroute de l'ennemi, ils voulaient participer au pillage du butin. Mais c'est là que quelqu'un a crié en disant que Muhammad a été tué. Alors les Musulmans ont commencé à s'enfuir pendant que le Prophète (P) les appelait en disant : "A moi, ô serviteurs de Dieu!". Trente hommes avaient répondu à son appel et ont réussi à défendre le Prophète (P) et à repousser les Polythéistes. Mais, atteint par une pierre lancée par les Polythéistes, il a eu des blessures au nez et au visage. La plupart de ses compagnons l'avaient abandonné sauf un petit nombre dirigé par l'Imâm 'Alî (p).

Le Message : engagement au service de la cause

La nouvelle de la mort prétendue du Prophète (P) était rapidement répandue parmi les gens. Certains Musulmans ont même voulu chercher un messager pour l'envoyer au chef des Hypocrites, 'Abdullah Ibn Ubayy, pour solliciter en leur nom le pardon auprès Abû Sufyân. Certains d'autres se sont montrés prêts à se rendre. Des hypocrites ont commencé à dire : "Comme Muhammad est mort, il faut rétourner à l'ancienne religion". Anas Ibn an-Nadhr, cousin de Anas Ibn Mâlik, a harangué les Musulmans en disant: "O gens, si Muhammad est tué, le Seigneur de Muhammad n'est pas tué. A quoi cela vous sert-il de vivre après la mort du Messager de Dieu (p). Battez-vous pour la cause pour laquelle le Messager de Dieu s'est-il battu. Mourrez pour la cause pour laquelle le Messager de Dieu est mort". Puis il a dit: "Seigneur, je Te demande pardon pour ce que disent ceux-là (les Musulmans), et je renie devant Toi ce que disent ceux-là (les hypocrites)", avant d'attaquer les polythéistes et de se battre avec son épée jusqu'à sa mort.

Le Prophète (P) s'était dirigé vers le Rochet sans s'arrêter d'appeler à lui les Musulmans. Ka'b Ibn Mâlik était le premier à voir le Prophète (P). Il dit à ce propos : "J'ai vu ses yeux briller sous sa casque. J'ai alors crié fort : 'O Musulmans, le Messager de Dieu est ici'. Mais il m'a fait signe de me taire". Un groupe de Musulmans a alors rejoint le Prophète (P) qui les a blâmés pour avoir fui le champ de bataille. Ils ont répondu : "O Messager de Dieu, que nos pères et nos mères soient sacrifiés pour toi! Nous avons entendu dire que tu as été tué. Nous avons eu très peur et nous nous sommes enfuis". Alors Dieu, le Très-Haut, a révélé ce Verset : ((Muhammad n’est qu’un messager, -des messagers avant lui ont passé. S’il mourrait donc, ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talents ? Quiconque retourne sur ses deux talons ne saura faire à Dieu le moindre mal, tandis que Dieu bientôt rétribuera les reconnaissants)) (Coran III, 144).

Dieu, le Très-Haut, a voulu montré aux hommes que le Message vit avec le Messager durant toute sa vie. Mais le Messager meurt alors que le Message ne meurt pas. Si le Messager est mort ou tué, la Nation doit continuer de suivre sa religion, sa voie et sa marche. Elle ne doit pas y renoncer car, le faisant elle se fait du tort. C'est pour cette raison que nous devons suivre constamment la voie du Message dans toutes les situations et contre tous les défis. Nous devons apprendre que la disparition du dirigeant ne veut pas dire la disparition de la cause. Il arrive aux dirigeants ou aux savants d'être tués. Mais la cause continue de vivre après eux. Nous devons y être fidèles et poursuivre la marche car celle-ci n'est pas liée à une personne même si cette personne est un prophète. C'est pour cette raison -nous l'avons vu- que des prophètes et des Imâms ont été tués, mais le Message et la Walâya (la reconnaissance de l'autorité) persistent toujours. La voie de l'Islam authentique est toujours vivante.

Le Prophète (P) : Des préparatifs pour la rencontre avec son Seigneur

Les biographies du Prophète (P) nous parlent de la manière avec laquelle il se préparait pour rencontrer son Seigneur. D'après Abû Muqayhiba, le serviteur du Messager de Dieu (P), celui-ci a dit : "L'ordre m'a été donné de demander le pardon pour les habitants de Baqî' (le cimetière de Médine). Viens donc avec moi ! (C'est donc un enseignement prophétique qui incite à la nécessité de visiter les tombes. Les visiter équivaut à un cadeau qu'on offre à nos morts). Je suis allé avec lui et, en arrivant à Baqî', il a longuement demandé pardon pour ses parents avant de leur adresser ces paroles : 'Bonheur à vous cette situation où vous êtes, alors que la situation des hommes passe de pire en pire : Les dissensions ne tarderont pas de venir comme des morceaux de nuit sombre. Les dernières suivent les premières et chacune sera pire que la précédente'".

Nous lisons dans la biographie du Prophète (P) ce qui suit : "Il est entré dans la Mosquée la tête bandée et en s'appuyant de la main droite sur le Commandeur des croyants Ali, et de l'autre main sur al-Fadl Ibn al-'Abbâs. Arrivé sur la tribune, il s'est assis et a dit : ' O gens ! Je ne tarderai pas de vous quitter. Que celui à qui j’ai promis quelque chose vienne pour que je le lui donne. Que celui à qui je dois quelque chose vienne pour me le dire. O gens ! Personne n’a auprès de Dieu quelque chose d’autre que l’action par laquelle Dieu donne du bien ou repousse le mal. O gens ! Ne prétendez rien et ne souhaitez rien. Car, par Dieu qui m’a envoyé par la vérité comme prophète, si je désobéi je serais perdant".

Tous les êtres, les prophètes, les saints, les légataires et tous les autres hommes, sont des créatures de Dieu. Il ne faut pas espérer à la manière de ceux qui disent : "Nous faisons partie des partisans de 'Alî et Dieu ne nous châtiera pas". Dieu, le Très-Haut, dit le contraire en disant : ((Ceci ne dépend ni de vos désirs ni des désirs des Gens du Livre. Quiconque fait un mal en sera payé et ne trouvera en sa faveur, hors de Dieu, nul patron ni secoureur)) (Coran IV, 123).  

D'après Ibn Sa'd, qui le tient de Abû Sa'îd al-Khudarî, le Prophète (P) a dit :

 "Je ne tarderai pas à être appelé et j’irai. Je vous laisse les deux Choses Grandioses : Le Livre de Dieu et les Membres de ma Famille (کتاب الله و عترتی اهل بیتی),une corde tendue entre le ciel et la terre. Le Subtil, l’Informé m’a annoncé qu’elles ne se sépareront pas avant de venir me rejoindre au bord du Bassin. Voyez donc comment les traiter après ma mort".

Il a dit aussi : "O gens les croyants sont des frères, et les biens de l’un ne sont pas licites pour un autre contre son gré. Ai-je bien communiqué mon Message ? Seigneur, sois-en témoin! Ne redevenez pas après moi des incrédules qui s'entretuent. O gens votre Seigneur est un et votre père est un. Votre père à tous est Adam, et Adam est créé de poussière. Le plus noble d’entre vous est celui qui est le plus pieux. Un Arabe n’est supérieur à un non Arabe que par la piété".

Le Commandeur des croyants, ‘Ali, la Paix soit sur lui, rapporte des souvenirs des derniers instants de la vie fructueuse du Sceau des prophètes, Dieu le bénisse lui et les siens, qui sont amers pour tout .C'est lui qui a lavé son corps.
 Il dit:
«ولقد ولّيت غسله والملائكة أعواني...»
«…J’ai été le régisseur du ghosl (le bain rituel) du Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, et les anges divins m’aidaient.»

Puis il poursuit:

«Il semblait que toute la maison, à ce moment d’affliction, pleurait d’une même voix avec les djinns et les hommes et [tous] se lamentaient du fait du deuil du Prophète(psl). Un groupe d’anges descendait et un autre groupe remontait vers le ciel.

J’entendais clairement le murmure de la prière qu’ils récitaient sur lui. Ce jusqu’au moment où nous avons enseveli le Noble Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, dans sa chambre.
lors de sa mort, il versait les larmes du deuil et au moment de laver le corps sacré du Prophète psl, il déclarait avec ces mots la grande tristesse qui emplissait son cœur et se consolait ainsi lui-même:
«بأبي انت و أمّي يا رسول الله. إنقطع بموتك ما لم ينقطع بموت غيرك من النبوّة و الأنباء و أخبار السماء»
«Que mon père et ma mère soient sacrifiés pour toi ô Envoyé de Dieu! Avec ta mort une relation est coupée alors que cela n’avait pas été ainsi avec la mort des autres; avec ta mort, la suite de la Prophétie est rompue et la descente des révélations célestes est interrompue.»
«و لولا أنّك أمرت بالصبر و نهيت عن الجزع لأنفدنا عليك ماء الشؤون، و لكان الدّاء مما طلاً والكمد محالفاً، و قلّالك، و لكنّه ما لا يملك ردّه ولا يستطاع دفعه. بأبي أنت و أمّي أذكرنا عند ربّك و اجعلنا من بالك»
«Si tu ne nous avais pas ordonné la patience et l’endurance et ne nous avais pas empêché de nous lamenter, nous aurions pleuré jusqu’à ce que nos larmes tarissent et cette douleur pénible aurait été perpétuellement renouvelée en nos cœurs, ma tristesse serait restée éternelle.
Bien entendu, ceci est insignifiant face à ta peine. Que puis-je faire? La vie ne peut revenir après la mort et on ne peut empêcher la mort! Que mon père et ma mère soient sacrifiés pour toi! Souviens-toi de nous en présence de Dieu et confie-nous aux souvenirs.»

‘Ali, a fait ce jour-là ses adieux au Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, et l’a confié à la terre.  

Quelles sont nos responsabilités à cette occasion où nous commémorons l’anniversaire de la mort du Messager de Dieu ? Le Messager de Dieu (P) nous a laissé l’Islam comme dépôt. Il nous a demandé de le garder de tout notre effort en tant que doctrine, en tant que loi et en tant que cause de la Nation. Nous devons être donc fidèles à son dépôt pour que nous puissions le rencontrer et lui dire : O Messager de Dieu, nous avons rendu le dépôt. Que la prière de Dieu soit sur Muhammad, Son Messager, le Jour où il est né, le jour où il est parti à la rencontre de son Seigneur et le Jour où, vivant, il sera ressuscité.    

Read 316 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir