15 du mois Ramadan, Heureuse naissance de Imam Hassan, Le petit fils du Prophète(sawas)

Rate this item
(0 votes)
15 du mois Ramadan, Heureuse naissance de Imam Hassan, Le petit fils du Prophète(sawas)

15 du mois Ramadan, Heureuse naissance de Imam Hassan, Le petit fils du Prophète(sawas)

Au quinzième jour du mois béni de Ramadan, est né Al-Hassan Fils de ‘Alî ibn Abi Talib. Premier né de ‘Alî et de Fâtima (p), al-Hassan (p) a vécu, tout comme son frère al-Hussein (p), après lui, dans le giron du Messager de Dieu (P). D’innombrables rapports affirment que le Messager de Dieu (P) les prenait dans ses bras et les portait sur ses épaules afin que les gens s’aperçoivent qu’il les aimait comme un père aime ses enfants. Al-Bukhâri affirme que le Messager de Dieu (P) a dit : « Al-Hassan et al-Hussein sont mes deux myrtes de ce monde-ci ». On sait qu’il a dit aussi : « al-Hassan et al-Hussein sont les deux maîtres des jeunes du Paradis ». Dans l’une de ses sollicitations adressées à Dieu, le Très-Haut, il a dit : « Seigneur ! Je les aime ; Aime-les donc et aime ceux qui les aiment ».

 

Les biographes de l’Imâm al-Hassan (p) affirment qu’il ressemblait physiquement le plus au Messager de Dieu (P). Anas Ibn Mâlik dit à ce propos : « Personne ne ressemblait au Messager de Dieu autant que al-Hassan Ibn ‘Alî ». L’Imâm as-Sâdiq (p) rapporte de son Père, l’Imâm Mohammad al-Bâqir (p) qui site son père, l’Imâm Zayn al-‘آbidîn (p) que « Al-Hassan Ibn ‘Alî Ibn Abû Tâlib fut le plus dévot parmi les gens à son époque, il était le plus ascète. Quand il faisait le pèlerinage il y faisait le parcours à pied. Il lui arrivait d’y aller en marchant pieds nus. Il évoquait Dieu dans toutes les situations. Il était le plus sincère parmi les gens et ses paroles étaient les meilleures. Chaque fois qu’il arrivait devant la Mosquée, il levait sa tête et disait : ‘Seigneur ! Ton hôte est devant Ta Porte. O, Celui qui est bienfaiteur ! Celui qui est malfaiteur vient vers Toi ! : Pardonne la laideur de ce que nous avons par la beauté de ce que Vous avez’ ».

 

 

La grandeur spirituelle et intellectuelle de l’Imâm al-Hassan (p)

 

Nous savons que l’Imâm al-Hassan (p) occupait une place distinguée en tant qu’Imâm impeccable spirituellement, intellectuellement et moralement. Il baignait depuis son enfance dans l’ambiance spirituelle du Messager de Dieu (P), en plus de la spiritualité de sa mère la Dame immaculée, Fâtima az-Zahrâ’ (p). Il était proche de Dieu en la compagnie de son père, l’Imâm ‘Alî (p) qui vivait une expérience d’amour absolu envers Dieu, à Lui la Grandeur. L’Imâm ‘Alî (p) s’adressait à Dieu en disant : « Suppose, ô mon Seigneur que je pourrais supporter être supplicié par Toi, Mais comment supporterais-je le fait d’être éloigné de Toi ? Suppose que je pourrais supporter l’ardeur des feux de Ton Enfer, mais comment supporterais-je le fait de ne pas regarder Tes bienfaits ? ».

 

 

Le biographe du Prophète (p), Ibn Ishâq, dit : « Aucun homme n’a atteint, après le Messager de Dieu (P), un degré aussi éminent en matière d’admiration, de respect et de considération, que celui atteint par al-Hassan Ibn ‘Alî (p). Dès qu’il s’asseyait devant la porte de sa maison, personne ne passait plus dans la rue. Personne ne passait par respect pour l’Imâm. S’en apercevant, l’Imâm regagnait sa maison et les gens recommençaient alors de passer ». Ibn Ishâq dit aussi : « Je l’ai vu en chemin vers la Mecque. Il a descendu du dos de sa monture, et tous les pèlerins ont fait de même. J’ai même vu Sa’d Ibn Abû Waqqâs descendre et marcher à côté de lui ». Wâsil Ibn ‘Atâ’ a dit : « Al-Hassan Ibn ‘Alî possédait l’éclat des prophètes et la splendeur des roi ».

 

 

L’Imâm al-Hassan (p) a passé son âge tendre aux côtés de son père, de son grand-père et de sa mère. Sa personnalité fut le produit de leurs valeurs spirituelles, de leur grandeur morale et de leur immense science. Certaines biographies notent qu’il entrait dans la mosquée et, écoutant ce que son grand-père disait dans ses sermons, il apprenait ce qu’il entendait et le communiquait à sa mère, az-Zahrâ’ (p). Celle-ci en parlait à ‘Alî (p) qui s’en étonnait car elle n’était pas présente à la mosquée, avant de savoir que c’est al-Hassan (p) qui a mis sa mère au courant de ce qui a été dit par le Prophète (P).

 

 

Enfant, l’Imâm al-Hassan (p) se rendait compte de la fidélité de sa mère envers Dieu et de sa loyauté envers les gens. Il remarquait que, dans sa prière de la nuit, elle invoquait Dieu pour les croyants et les croyantes et s’en excluait elle-même, bien qu’elle fut faible physiquement en raison de ses grossesses successives et son travail ménager. De plus elle fut fragile du point de vue de sa santé, et ce jusqu’au dernier jour de sa vie. Ce petit enfant pur, l’Imâm al-Hassan (p), lui a donc demandé : « Mère ! Pourquoi n’invoques-tu pas Dieu pour toi-même ?». Elle lui a répondu : « Mon fils ! Le voisin avant la demeure ».

 

 

L’Imâm al-Hassan (p) fut parmi les plus généreux parmi les gens. Il a donné, par deux fois, tout ce qu’il possédait, et a fait partager, avec Dieu, par trois fois, tout ce qu’il possédait.

 

 

Veiller sur l’unité islamique

 

L’Imâm al-Hassan (p) fut le compagnon de son père dans toutes ses épreuves et tous ses exploits. Il fut son compagnon dans ses efforts pour préserver l’unité islamique, bien que le califat lui revenait de droit, par décret divin communiqué aux Musulmans par le Prophète (P) lorsqu’il a dit : « Celui qui me considère comme son maître doit considérer 'Ali comme son maître. Seigneur! Sois l'ami de ses amis, sois l'ennemi de ses ennemis, assiste ceux qui l'assistent, abandonne ceux qui l'abandonnent et fais que la vérité soit avec lui là où il se dirige ». ‘Alî (p) comptait sur lui pour régler certaines discordes qui ont eu lieu à Kufa où il a pris la parole et a harangué les foules pour leur expliquer qui était ‘Alî (p) et sa valeur, lui qui était le premier à adhérer à l’Islam, et très proche de Dieu par sa piété.

 

 

Al-Hassan (p) : Maximes et recommandations

 

L’Imâm al-Hassan (p) vivait avec son père dans toutes ses affaires. Il arrivait aux gens d’adresser des questions à ‘Alî (p) qui, se trouvant occupé, il les renvoyait vers l’Imâm al-Hassan (p) qui leur donnait les réponses que son père trouvaient toujours exactes. Après le martyre de l’Imâm ‘Alî (p) par un des Kharijite, la discorde provoquée par Mu’âwiya contre ‘Alî (p) continuait à sévir sous l’Imâm al-Hassan (p) à qui le peuple avait prêté serment d’allégeance à Kufa. Les choses ont évolué dans un sens avec lequel l’Imâm al-Hassan (p) a considéré que l’intérêt des Musulmans exigeait qu’il fasse la paix avec Mu’âwiya. La situation du monde musulman était en fait menacée de s’effondrer.

 

 

Mu’âwiya a alors empoisonné l’Imâm al-Hassan (p), par l’entremise de sa femme Ja’da Fille de al-Ash’ath. Il est donc mort en martyr par empoisonnement, après avoir recommandé à son frère, l’Imâm al-Hussein (p) de l’ensevelir auprès de la tombe de son grand-père, le Messager de Dieu (P). Mais les Umayyades refusèrent de laisser al-Hussein (p) enterrer son frère auprès de la tombe du Messager de Dieu. Avant de mourir, l’Imâm al-Hassan (p) avait demandé à son frère, l’Imâm al-Hussein (p), de ne pas faire répandre, pour le faire, ne serait-ce qu’une ampoule de sang. il fut enterré à Jannàtaul Baqi près de sa grand-mère paternelle Fãtima fille d ’Assad.

 

 

Junâda Ibn Abû ‘umayya a dit à ce propos : « Je l’ai visité alors qu’il se trouvait sur son lit de mort et lui a dit : « ش Maître ! Pourquoi ne te soignes-tu pas ? ». Il m’a répondu : « ش serviteur de Dieu ! Comment pourrais-je me soigner face à la mort ? ». J’ai alors dit : « Nous appartenons à Dieu et c’est vers Lui que nous retournerons ; Sermonne-moi, ô fils du Messager de Dieu ! ». « Oui ; m’a-t-il dit : ‘Prépare-toi pour ton voyage (vers l’Autre monde). Prépare tes provisions de mort et sache que tu recherches la vie de ce bas-monde alors que la mort te recherche. N’ajoute à l’inquiétude de la journée que tu vis celle de la journée qui n’est pas encore venue. Sache qu’avec l’argent que tu gagnes et qui dépasse tes subsistances, tu ne fais que l’amasser pour d’autres, les héritiers. Sache que pour ce qui est licite dans ce bas monde tu auras à en rendre des comptes, que pour ce qui y est illicite, tu en sera châtié et que pour ce qui y est confus tu en sera blâmé. Considère donc la vie de ce bas-monde comme tu le fais pour de la viande prise d’un animal illégalement égorgée : S’en servir justement pour rester en vie. Si elle est licite tu auras alors agit comme un ascète. Si elle est illicite, tu n’en seras pas fautif. Les blâmes, s’il aurait des blâmes en seront supportables. Agis pour ta vie dans ce monde-ci comme si tu vivais éternellement ; et agis pour ta vie dans l’Autre Monde comme si tu mourrais demain. Si tu recherches la gloire sans avoir une armée à tes ordres, et si tu recherches à avoir de la puissance sans avoir du pouvoir nécessaire, tu n’as alors qu’à passer de l’infamie de la désobéissance à Dieu, à la gloire de l’obéissance à Dieu. Si tu sens le besoin d’avoir une compagnie, accompagne donc celui qui, en l’accompagnant, te rend plus valeureux ; celui qui, lui rendant un service, il te protège ; celui à qui tu demandes un service, il te le rend ; celui à qui tu parles, il te croit ; celui qui t’assiste là où tu te trouves en besoin d’être assisté ; celui qui tend sa mains pour faire du bien chaque fois que tu le fais ; celui qui, voyant en toi une faille, fait ce qu’il faut pour la combler ; celui qui, te voyant faire une bonne œuvre , il la reconnaît ; celui à qui tu demande quelque chose, il te donne ; celui qui, lorsque tu te tais, il te parle ; celui qui, lorsque tu subis une épreuve, il accourt à ton secours ; celui qu’aucune calamité ne t’arrive de sa part ; celui qui ne te donne pas en agissant à être dans le désarroi ; celui qui ne t’abandonne pas aux moments difficiles ; celui qui te privilégie chaque fois que vous partager quelque chose à partager ». Après quoi, dit Junâda, il a eu le souffle haletant et le teint jauni. J’ai eu peur pour lui.

 

Voilà ce qu’était l’Imâm al-Hassan Fils de ‘Alî (p). Il a connu l’Islam dans le giron de son grand-père et de sa mère. Il l’a connu dans la raison de son père. Il a assumé ses responsabilités envers la réalité islamique. Il a tant et tant souffert les haineux et les déviants. Il a rencontré son Seigneur et a occupé une place proche de Lui. Que la paix soit sur ui, le jour où il est né, le jour où il est tombé en martyr et le Jour où, vivant, il sera ressuscité. .

Read 21 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir