Qu’est-ce que le recours à la dissimulation de ses idées ?

Rate this item
(1 Vote)
Qu’est-ce que le recours à la dissimulation de ses idées ?

Le terme « تقيّه » en arabe (taqqiya), signifie une méthode pour se préserver ou préserver quelqu’un ou quelque chose, d’un danger ou d’un préjudice que représente un ennemi.

 

La taqqiya parfois orthographiée takia, appelée «تقيّة » en arabe, est une pratique au sein de l'islam, consistant à dissimuler ou à nier sa foi sous la contrainte, afin d'éviter la persécution. Cette pratique est permise dans le cas où un fidèle fait face à une menace, relevant de la charî'a. La pratique de la taqqiya a un fondement coranique notamment dans ces versets qui parlent du reniement de la foi en disant : « Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » (Coran : 3 28), tandis qu'un autre passage mentionne « excepter celui qui a subi la contrainte et dont le cœur reste paisible en sa foi » (Coran 16 :106)

 

Dans le chiisme, la doctrine de la taqqiya à l’époque de l’Imam Sadegh (as), a servi à protéger les chiites contre les campagnes menées par Al-Mansur, le calife abbasside. La dissimulation religieuse est considérée comme légale dans le chiisme « dans des situations où il y a un danger accablant de perte de vie ou de propriété, et où aucun danger pour la religion ne se produirait par-là ».

 

La Taqqiya signifie agir de sorte que l’ennemi ne puisse pas porter atteinte aux biens ou à la personne des musulmans. Cette technique a plusieurs méthodes, dans certains cas, elle est le résultat d’une menace ou d’une hostilité de l’ennemi, comme ce fut le cas aux débuts de l’islam où Ammar fut obligé par les impies de la Mecque, à démentir sa foi alors qu’il croyait fermement à Dieu et au prophète (as).

 

Il est nécessaire de rappeler que le recours à cette méthode n’est pas acceptable s’il met en danger les fondements de la religion ou des intérêts plus importants.

 

Quels sont les critères ?

 

Cette méthode qui consiste à cacher ses croyances et sa foi aux opposants, pour éviter des pertes matérielles, religieuses ou morales, c’est un devoir religieux pour tout musulman, inspiré du Coran lui-même, qui a plusieurs versets sur ce sujet comme :

 

“لايتخذ المومنون الكافرين اولياء من دون المومنين و من يفعل ذلك فليس من اللّه في شي ء الا ان تتقوا

 

« Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu des croyants. Quiconque le fait contredit la religion d'Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d'eux. Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Et c'est à Allah le retour ». (Coran 3 :28)

 

qui précise que les croyants ne doivent pas prendre les athées pour amis car les prendre pour amis signifie couper les relations avec Dieu, à moins que ce soit par obligation.

 

Ce verset signifie clairement que l’amitié avec les athées n’est pas permise sauf en cas d’obligation et de façon apparente, pour préserver sa vie ou se préserver des dangers.

 

* مـن كـفـر مـن بـعد ايمانه الا من اكره و قلبه مطمئن بالايمان و لكن من شرح بالكفر صدرا فعليهم غضب من اللّه و لهم عذاب عظيم

 

« Quiconque a renié Allah après avoir cru... sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de sérénité et de foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible » (Coran 16 : 106)

 

Au sujet du contexte de la révélation de ce verset, les commentateurs coraniques ont déclaré qu’Amar ben Yasser, avec son père et sa mère, était tombés aux mains de l’ennemi et que les ennemis de l’islam lui avaient demandé de renier sa foi et d’annoncer son athéisme ou son polythéisme. Les gens qui l’accompagnaient ont refusé et ont tous certifié leur foi en Dieu et au prophète (as), certains furent tués et d’autres torturés. Ammar malgré sa foi, a répété ce que les ennemis demandaient et fut libéré. Ammar

 

éprouvait de grands regrets mais le prophète (as) le rassura en lui citant le verset qui avait été révélé à ce sujet. Ce verset et les commentaires coraniques montrent que cette pratique était acceptée du temps du prophète (as), et autorisée par l’islam.

 

Les chiites persécutés à l’époque des califes omeyyades et abbassides, furent contraints de recourir à cette pratique pour se protéger, et cachaient leurs véritables croyances pour se sauver la vie et sauver la vie de leurs frères musulmans dans cette situation difficile.

 

Il est clair qu’il n’existait aucune autre solution pour sauver les chiites de cet état de répression et d’oppression qui les menaçait.

 

Les chiites n’auraient jamais été contraints de recourir à la dissimulation de leurs croyances si les rois et leurs agents, ne s’étaient pas fait une gloire et un devoir de les assassiner.

 

Il faut aussi noter que cette pratique n’est pas limitée aux chiites, les autres musulmans face à des ennemis cruels qui s’opposaient à toutes les écoles islamiques, comme les Khavaridjs ou les régimes qui se rendaient coupables de toutes sortes de crimes, ont caché leurs croyances quand ils n’étaient pas capables de combattre les ennemis, pour protéger leur vie et leurs biens.

 

Dans l’ensemble, nous pouvons dire que :

 

1- La dissimulation de ses croyances est inspirée du Coran et des méthodes des compagnons, et fut reconnue par le prophète (as) dès le début de l’islam.

 

2- La Taqqiya a été utilisée par les chiites pour éviter les massacres à l’époque des califes omeyyades et abbassides qui menaçaient le chiisme

 

3- Cette pratique n’a pas été utilisée seulement par les chiites mais aussi par les autres musulmans.

 

4- Cette pratique n’est pas utilisée uniquement face aux athées et aux polythéistes, mais peut être utilisée partout où les musulmans sont en danger et sans défense.

 

Quels sont les preuves coraniques avancées par les chiites pour l’autorisation de la Taqqiya ?

 

Il s’agit du verset 28 de la sourate Ale Imran, où Dieu dit :

 

«لايتخذ المومنين الكافرين اولياء من دون المومنين و من يفعل ذلك فليس من اللّه في شي ء الا ان تتقوا منهم تقيه و يحذركم اللّه نفسه و الي اللّه المصير»

 

28 “ Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d'Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d'eux. Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Et c'est à Allah le retour”.

 

le verset 106 de la sourate Nahl, révélé au sujet de Ammar, de son père et de sa mère, de Sommayeh et de Yasser, qui dit :

 

«من كفر باللّه من بعد ايمانه الا مـن اكـره و قلبه مطمئن بالايمان و لكن من شرح بالكفر صدرافعليهم غضب من اللّه و لهم عذاب عظيم»

 

106 « Quiconque a renié Allah après avoir cru... -sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible ».

 

Ces deux versets sont conformes à la raison car la religion peut parfois être mieux protégée en recourant à la conciliation avec les ennemis de la religion et de la vérité.

 

C’est aussi le cas du croyant de la cour du pharaon qui cachait sa foi et légalise le recours à la taqqiya, comme le dit le verset 28 de la sourate Qafer :

 

«وَ قالَ رَجُلٌ مُؤْمِنٌ مِنْ آلِ فِرْعَوْنَ يَكْتُمُ إيمانَهُ أَ تَقْتُلُونَ رَجُلاً أَنْ يَقُولَ رَبِّيَ اللَّهُ وَ قَدْ جاءَكُمْ بِالْبَيِّناتِ مِنْ رَبِّكُم»

 

28 « Et un homme croyant de la famille du Pharaon qui dissimulait sa foi dit : « Tuerez-vous un homme parce qu'il dit : « Mon Seigneur est Allah ? » alors qu'il est venu à vous avec les preuves évidentes de la part de votre Seigneur ? »

 

Est-ce que le prophète recourait à la taqqiya ?

 

La Taqqiya a plusieurs formes, seulement une d’entre elles correspond à une situation de crainte qui ne concerne pas les prophètes dans leur mission prophétique. Les autres formes de taqqiya, comme le recours au secret, remplissent la vie des prophètes. C’était le cas quand l’armée partait au combat sans que le prophète ait déclaré la destination, les manœuvres stratégiques, les techniques de camouflage et les différentes étapes des opérations.

 

Cette pratique est reconnue par tous les gens doués d’intelligence et était utilisée aussi par tous les envoyés de Dieu.

 

L’opinion des Khavaridjs sur la taqqiya

 

Les Azraqites estimaient que la Taqqiya était interdite du point de vue religieux, que ce soit dans les paroles ou dans les actes, mais les Najdiehs l’autorisaient. On a aussi dit que tous les Khavaridjs l’interdisaient. Muḥammad Abduh d’après son élève Mohammad Reza Rashid Reza, a déclaré qu’il s’agirait des Azraqites et non des Najdiehs, et que la Taqqiya serait dans un seul cas obligatoire et dans les quatre autres, interdite, obligatoire pour la protection de la vie, des biens et des propriétés, mais interdite si elle nuit à la religion et cache la vérité aux futures générations.

 

Le cheikh Mofid a déclaré que la taqqiya était permise pour éviter les effusions de sang et parfois permise dans certaines conditions, pour la défense des biens entre autre.

 

Que disent les chiites de la taqqiya, n’est-ce pas une forme d’hypocrisie ?

 

L’être humain est un être social qui rencontre généralement des obstacles à la réalisation de ses objectifs et que menacent des dangers. C’est pourquoi il a toujours été à la recherche de moyens pour préserver sa vie, ses biens, et sa famille, sans pour cela renoncer à ses idées.

 

Cela est vrai pour tous les musulmans, constamment attaqués par les incroyants qui les considèrent comme un obstacle sur leur route, et le Coran pour cela, a proposé une voie raisonnable que tous les gens intelligent ont utilisée et utilisent encore dans le monde, c’est-à-dire la dissimulation de ses idées en cas de danger pour sa vie ou sa santé.

 

Cheikh Mofid au sujet des avis des grands religieux chiites sur la taqqiya, a déclaré :

 

التقيه ستر الاعتقاد و مكاتمه المخالفين و تـرك مـظاهرتهم بما يعقب ضررا في الدين والدنيا

 

« La taqqiya consiste à cacher ses croyances face aux ennemis par peur des dommages matériels et à la religion ».

 

Le cheikh Ansari à ce sujet a déclaré : « la taqqiya consiste pour le musulman, à se protéger en simulant un accord dans des actes et des paroles contraires à la vérité »

 

Ces explications montrent que la Taqqiya n’a rien à voir avec l’hypocrisie qui consiste à faire acte de foi en cachant sa mécréance. Cacher la vérité pour atteindre un objectif important, a toujours été une méthode des gens doués d’intelligence et l’est encore, et cela montre l’importance de la taqqiya qui est un bouclier pour un combat plus profond.

 

En plus du soutien de la raison, la taqqiya a des bases coraniques et plusieurs versets présentent cette pratique comme une voie raisonnable et acceptable dont voici quelques exemples :

 

1- من كفر باللّه من بعد ايمانه الا من اكره و قلبه مطمئن بالايمان و لكن من شـرح بـالكفر صدرا فعليهم غضب من اللّه و لهم عذاب عظيم

 

« Quiconque a renié Allah après avoir cru... sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible ».

 

Les commentateurs coraniques, chiites et sunnites, au sujet du contexte de révélation de ce verset, ont déclaré que ce verset avait été révélé au sujet d’un groupe de musulmans au début de l’islam, que les incroyants avaient obligés à démentir leur foi, notamment Ammar Yasser, Somayeh, Suhayb et Bilal.

 

Yasser et Somayeh avaient résisté à cette demande, et avaient été torturés et tués, mais Ammar accepta de dire ce que voulaient les ennemis alors qu’il avait une foi profonde en Dieu et au prophète (as).

 

Cette nouvelle parvint aux musulmans et certains accusèrent Ammar d’apostasie et d’avoir renié sa foi en l’islam. Le prophète (as) rejeta ces accusations et déclara qu’Ammar était rempli de foi (de la tête aux pieds, et dans toute sa chair)

 

2- لا يتخذ المومنون الكافرون اوليا من دون المومنين و من يفعل ذلـك فليس من اللّه في شي الا ان تتقوا منهم

 

Que les croyants ne prennent pas pour alliés, des infidèles, au lieu des croyants. Quiconque le fait contredit la religion d'Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d'eux. Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Et c'est à Allah (qu’est) le retour.

 

Beaucoup de commentateurs même sunnites, ont utilisé ce verset pour prouver l’autorisation de la taqqiya

 

3- و قال رجل مومن من ال فرعون يكتم ايمانه اتقتلون رجـلا ان يـقـول ربـي اللّه

 

Et un homme croyant de la famille du Pharaon qui dissimulait sa foi, dit : « Tuerez-vous un homme parce qu'il dit : « Mon Seigneur est Allah ? »

 

L’Imam Sadegh (as) a déclaré : «التقيه حرز المومن , تقيه وسيله حفظ مـومـن است »

 

« La taqqiya est un bouclier qui protège le croyant ».

 

A ce sujet l’Imam Sadegh (as) a aussi déclaré :

 

التقيه ترس اللّه في الارض لان مومن آل فـرعـون او اظـهـر الاسـلام لقتل

 

« La taqqiya est un bouclier divin sur terre, et si le croyant de la famille du pharaon avait montré sa foi, il aurait été tué ».

 

Dans les enseignements des Ahl-ul-bayt (as), la taqqiya est utilisée comme une tactique. Le départ du prophète en pleine nuit, sans que les gens de la Mecque et de Médine ne soient mis au courant, la cachette dans la grotte, la départ de l’Imam Hossein (as) pendant la nuit de Médine pour la Mecque, et son départ pour Karbala, furent des tactiques pour se protéger et atteindre leurs objectifs.

 

Tenant compte de tout cela, nous pouvons dire que la taqqiya pour la protection de la vie, des biens et de la famille, est une méthode que le Coran nous a enseignée et une méthode que les gens doués de raison ont toujours utilisée pour réaliser leurs objectifs.

 

Le verset 68 de la sourate Al Anam : « Quand tu vois ceux qui pataugent dans des discussions à propos de Nos versets, éloigne-toi d'eux jusqu'à ce qu'ils entament une autre discussion. Et si le Diable te fait oublier, alors, dès que tu te rappelles, ne reste pas avec les injustes » n’est-il pas la preuve de l’interdiction de la taqqiya pour les dirigeants religieux ?

 

Le chiisme ne conseille pas la taqqiya dans toutes les circonstances. La taqqiya dans certaines conditions, est assurément interdite. La taqqiya est permise quand des intérêts plus importants sont en cause ou pour se protéger des dangers et des pertes.

 

Est-ce que les frères sunnites qui sont actuellement emprisonnés à Guantánamo ou Abou Ghraib ou autre…et prisonniers des ennemis de l’islam et des musulmans, doivent coopérer avec l’ennemi et tout avouer, ou recourir à la taqqiya ?

 

La réponse est évidente, car dans beaucoup de cas, ne pas recourir à la taqqiya signifie que des femmes, des enfants et des musulmans seront tués par les forces étrangères.

 

La taqqiya existait donc dans les écoles islamiques, et les ennemis pour créer des divergences, s’en sont aussi servis pour servir leurs propres intérêts et assurer leur domination sur les musulmans.

 

« Tirez-en une leçon, Ô vous qui êtes doués de clairvoyance » (coran 59 :2)

Read 389 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir