Quelle est l’avis des religieux sunnites sur les vœux ?

Rate this item
(0 votes)
Quelle est l’avis des religieux sunnites sur les vœux ?

Le conseil des fatwas et des religieux de Sanandaj a déclaré qu’il était possible de faire un vœu à condition qu’il s’agisse de questions licites du point de vue religieux qui rapprochent de Dieu, et qu’il fallait en respecter les termes.

Le cheikh Ebrahim Mohammadi, Imam de la prière du vendredi d’Assalouyeh, a déclaré qu’il s’agissait d’une question de pratique religieuse en relation avec le niveau de foi. Cependant, selon lui, faire un vœu auprès d’un défunt n’est pas autorisé. Le seul

cas autorisé est le vœu licite du point de vue religieux auprès de Dieu, et est déconseillé dans le cas de vœu sur des choses non interdites ou non permises, et invalide et interdit dans le cas de choses illicites.

Le cheikh Mohammad Jamali, imam de la prière de Kangan, a déclaré qu’il était permis de faire un vœu auprès de Dieu et qu’il fallait respecter ses promesses

Le cheikh Abdoul Sattar Harami, imam de la prière des sunnites de Nakhl Taghi, a déclaré que le vœu d’une action illicite était interdit mais que le vœu d’une action ni licite ni illicite devait être respecté. Par exemple faire le vœu de faire telle ou telle chose en cas de guérison d’un malade, est une chose permise.

Le cheikh Khalil Efra’, membre du Conseil de programmation des centres islamiques sunnites, vice-président du Conseil des religieux sunnites et président du Conseil des fatwas, a déclaré que le vœu dans le cadre religieux, consistait à faire une promesse qu’il est nécessaire de respecter. Le Coran déclare à la sourate Al Hadj :

« و ليوفو نذورهم »

c'est-à-dire respecter les vœux que vous avez faits, mais un hadith fiable de l’imam Bokhari déclare que le prophète (as) a dit :

من نذر ان يطيع الله فليطعه و من نذر ان يعصي الله فلايعصه

Il faut obéir à toute personne qui a fait le vœu d’obéir à Dieu et ne pas suivre celui qui a fait le vœu de Lui désobéir

Le vœu a trois parties, celui qui le fait, la personne concernée et la formule de vœu « نذرت لله » ou « لله علي او جعلت هذا الفقراء » (je fais le vœu de donner telle somme d’argent à un pauvre)

Mamousta Molla Ahmad Cheikhi, imam de la prière du vendredi de Salas-e Babajani, a déclaré que le vœu pouvait concerner des prières, des jours de jeûne, une retraite dans la mosquée ou toute autre action fixée dans la formule de vœu.

Mamousta Molla Rashid Thana’i, imam de la prière du vendredi de Sar-pol-e-zohab, a déclaré qu’il était obligatoire de respecter les termes d’un vœu pour le musulman

Mamousta Hossein Eyni, imam de la prière du vendredi de Paveh, a déclaré que les sunnites reconnaissaient la pratique du vœu

Mamousta Mohammad Mohammadi Yari, directeur de l’école Molawi Yari, a déclaré que le vœu était une pratique acceptée par les sunnites, à condition que ses parties soient toutes halals et ne concernent pas des actes interdits (haram)

Mamousta Mollah Adel Gholami, imam de la mosquée Al-Nabi (as) de Ghasr-e-shirin, a déclaré que la pratique du vœu était permise chez les sunnites, qu’il fallait en respecter les termes et que ce soit un vœu pour Dieu dont les bienfaits peuvent toucher une personne défunte ou la société en général, comme par exemple, le vœu de tuer un mouton dont la viande sera distribuée aux pauvres.

Mamousta Mollah Abdoullah Ghafouri, imam de la prière du vendredi de Ravansar, a déclaré que la jurisprudence sunnite n’autorisait pas les vœux d’un entêté mais autorisait les vœux d’un croyant soumis qui fait le vœu de faire une bonne action et en fasse la déclaration sur le Coran. Le vœu dont une ou les deux parties sont des péchés est illicite et invalide.

Read 437 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir