Le piège US tendu à l'ANP ?

Rate this item
(0 votes)
Le piège US tendu à l'ANP ?

Interrogé par les journalistes alors qu’il se trouve en tournée africaine, sur une éventuelle guerre Téhéran-Bakou, le président turc a affirmé ce vendredi : « Je ne crois pas que l’Iran aille jusque là pour cause de la présence israélienne ».

S’il est vrai que ce coup de bluff fait écho au double échec du duo Israël/Turquie en Syrie où le premier a déjà été mis à la porte de Deraa tandis que le second est sur le point de l’être à Idlib, les analystes voient surtout à travers cette annonce la confirmation de la présence d’Israël en Azerbaïdjan, aux portes de l’Iran. Ce que l’Iran a promis de ne pas tolérer. Et pourquoi ?

Car là où il y a Israël et la Turquie, il y a forcément du terrorisme et dans le cas de l’Azerbaïdjan, l’hypothèse est confirmée par ces centaines de terroristes qu’Ankara a fait infiltrer dans le Caucase sud dans la foulée de la guerre Arménie/Azerbaïdjan de septembre-octobre 2020 et qu’Israël entraîne en ce moment même dans le but d’infiltration à l’adresse de l’Iran.

Or le duo turco-israélien opère aussi ailleurs et on pense effectivement à l’Algérie. 
Après avoir injecté une bonne dose de terroristes en Libye en 2020, l’axe Tel-Aviv-Ankara a placé l’épicentre de son action conjointe au Tchad, pays où le président a été liquidé il y a quelques semaines par le Mossad et où l’armée, l’une des meilleures du Sahel, est en train de se « mercenariser ». Mais l’axe Tel-Aviv-Ankara entraîne qui ? 

Selon des sources bien informées, des centres d’entraînement militaires secrets ont été ouverts au Tchad pour former les séparatistes du MAK (Mouvement autonome kabyle) avec le soutien de la France et d’Israël. Disons que les terroristes de Hayat Tahrir al-Cham venus d’Idlib ne sont pas non plus étrangers à ces entraînements. 

Que compte faire l’Algérie ? Ce que fait l’Iran. En Azerbaïdjan, l’idée d’une fronde anti sioniste fait son chemin d’autant que le pays, à 80 % chiite, n’a jamais vu d’un bon œil la présence de l’entité sur son territoire. Alger lui aussi a commencé à travailler rapidement pour modifier l’équilibre des forces militaires dans la région, notamment au nord du Mali.

La dureté de la position algérienne vis-à-vis du Maroc, de la France et d’Israël prend donc tout son sens dans cette information ultra-sensible.

Au Caucase sud, le duo Tel-Aviv-Turquie cherche à déstabiliser les frontières entre l’Iran, la Russie et la Chine. Au Maghreb, il s’agit de morceler les pays en petits États, quitte à déstabiliser le bassin méditerranéen, l’Afrique du Nord et le Sahel.

À qui profite ce grand Maghreb si similaire au grand Moyen-Orient ? Aux États-unis évidemment qui, défaits au Moyen-Orient, cherchent des arènes de guerre de substitution où se mesurer à des adversaires de taille comme la Chine et la Russie, et ce, sur le dos des États de la région.

D’où cette information qui a été confirmée par les États-Unis dont le président Joe Biden a donné son accord pour vendre des armes à l’Algérie dans le cadre de sa lutte contre le terrorisme. Alors les USA, amis d’Alger ou vrai pompier pyromane ? Des armes US vont évidemment avec les conseillers US et on sait qu’ils sont des « infiltreurs ».

Read 46 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir