"Israël ne peut frapper l'Iran"

Rate this item
(0 votes)
"Israël ne peut frapper l'Iran"

Depuis le 23 mars, date à laquelle l'entité sioniste a réuni au Néguev ses amis normalisés dans l'espoir de former une « OTAN anti-Iran et anti-Résistance » sous les auspices des USA, près de deux mois se sont écoulés et on se demande bien où en est cette OTAN ? L'entité fait face à une des formes les plus complexes de guerre hybride qui la frappe non seulement dans la rue et via des opérations commandos anti-Israël en Cisjordanie et en Palestine historique, mais aussi aux « frontières » où les combattants palestiniens traversent désormais allègrement le mur de séparation pour attaquer, en pleine colonie du sud, les colons israéliens comme ce qui s'est passé à Elad. À tout ceci s'ajoute le spectre d'une escalade balistique illustrée par les tirs de missiles depuis Gaza auxquels Israël a tenté de répondre à l'aide de ses F-16 qu'ont chassé les portatifs Strela de Gaza. Même dans le golfe Persique, les amis d'Israël s'interrogent. Où en est l'OTAN anti-Iran ? Voici un élément de réponse.

Le conseiller à la sécurité intérieure du régime israélien, Eyal Hulata, a déclaré qu'Israël ne voyait pas la confrontation avec Téhéran comme une solution et qu’il préférait un nouvel accord avec l'Iran plutôt qu'un retour à l'ancien.

Eyal Hulata a déclaré, jeudi 12 mai, qu'Israël n'était pas intéressé par une solution militaire au programme nucléaire iranien.

« Nous ne recherchons pas une confrontation avec l'Iran - nous ne considérons pas cela comme une solution », a déclaré Hulata lors d'une conférence à huis clos organisée pour le Conseil des gouverneurs de l'Université de Tel-Aviv.

Read 54 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir