L’ex-président libanais a mis en garde contre la nouvelle proposition de Tel-Aviv

Rate this item
(0 votes)
L’ex-président libanais a mis en garde contre la nouvelle proposition de Tel-Aviv

L’ex-président libanais, Émile Lahoud, s’est déclaré opposé à toute négociation concernant les fermes de Chebaa, qui appartiennent aux Libanais comme l’ont reconnu les Nations unies.

« Les négociations sur les frontières séparant Israël du Liban qu’a proposées Tel-Aviv sous la supervision des Nations unies et des États-Unis constituent un geste dangereux qui détruirait les acquis du Liban et qui permettrait au régime israélien de négocier sur les droits incontestables du Liban relatifs à ses frontières et son territoire », a estimé l’ancien président libanais.

« Après avoir passé 18 ans à la tête du Liban, je suis actuellement arrivé à cette conclusion que ni des négociations, que ce soit avec Israël ou avec l’Organisation des Nations unies, ni les résolutions de cette dernière ne peuvent protéger le Liban. C’est seulement la force qui en est capable. C’est la puissance de l’armée nationale, du peuple et le soutien des amis fidèles qui peuvent protéger le Liban. Le reste n’est qu’un mirage », a affirmé Émile Lahoud, ex-président libanais, dans des propos rapportés par Afkar News.

« Ce qui est encore plus dangereux, c’est l’évocation d’une négociation sur les fermes de Chebaa situées aux frontières avec le Liban et la Syrie alors qu’en 2000, les Nations unies avaient affirmé, dans un rapport élaboré sur la base de documents complets que le Liban leur avait fournis avec l’accord de la Syrie, que ces fermes appartenaient au Liban », a précisé Lahoud.

« Toute négociation à ce propos risquerait d’être interprétée comme une reconnaissance implicite par le Liban de l’annexion des fermes de Chebaa aux hauteurs du Golan syrien et de conférer une légitimité à l’occupation de ces dernières par Israël, ce que le Liban n’acceptera jamais », a ajouté l’ancien président libanais.

Lahoud a appelé les autorités libanaises à tirer des leçons de l’histoire et à ne pas laisser Israël anéantir les frontières internationales libanaises et insulter la Syrie car, poursuit-il, le Liban est aujourd’hui en mesure de défendre ses prises de position, son territoire et ses droits.

Des conflits opposent de longue date le Liban et Israël à propos des frontières maritimes, terrestres et aériennes.

Read 39 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir