Gilets jaunes : le gouvernement de Macron fait marche arrière

Rate this item
(0 votes)
Gilets jaunes : le gouvernement de Macron fait marche arrière

Le gouvernement français recule et il n’y aura pas de hausse des taxes sur les carburants en 2019. Mais n'est-ce pas un peu tard : la colère anti-globalisation s'empare désormais des lycéens, des transporteurs routiers et même d'une partie de la police. En se dressant contre leurs institutions, les Français sont de loin le premier peuple en Occident à prendre des risques personnels pour s’opposer à la globalisation financière.

En Grande-Bretagne, le peuple a voté Brexit, en Hongrie, les gens ont choisi l'illibéralisme et en Italie, on a opté pour un gouvernement anti-Système. Bien que les Français n’en aient peut être pas dans leur totalité conscience de l'ampleur de leur mouvement et imaginent encore que leurs problèmes sont exclusivement nationaux, leur cible devrait être les mêmes que celles qui a écrasé la région des Grands lacs africains et une partie du Moyen-Orient. C'est d'ailleurs pour cette même raison que les secousses telluriques de leur mouvement ont très rapidement gagné la Belgique, l'Allemagne, la Bulgarie, la Serbie... Seuls les peuples qui comprendront la logique qui les détruit, qui y "résiste" et qui la rejetteront pourront survivre.

Inquiet et surpris face à une si vaste mobilisation, le clan "Macron" a annoncé mercredi 5 décembre, par la voix de son Premier ministre français, Édouard Philippe, l’abandon des taxes sur l’essence et les carburants dans le cadre du projet de loi de finances 2019. Et ce, à peine quelques heures après avoir annoncé un moratoire de six mois. 

Qualifié d"entourloupe", cette annonce s'est avérée incapable d'apaiser la colère des Français qui ont affirmé poursuivre leur mouvement et ce fut à ce moment là que le régime "Macron" a compris que la "menace" est bien sérieuse. 

Read 9 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir