SOURATE AL-FÎL

Rate this item
(2 votes)
SOURATE AL-FÎL

Le Coran ouvre la voie à la santé et à la sécurité psychologique...*

 


SOURATE AL-FÎL
 
*1. N'as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l'éléphant .*
*2. N'a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine?*
*3. et envoyé sur eux des oiseaux par volées*
*4. qui leur lançaient des pierres d'argile?*
*5. Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée. »
 
“A lam tara”, « Ne vois-tu pas ? » : Le locuteur/narrateur divin met le Prophète de l’Islam devant une espèce de  ‘reportage télévisuel’. En même temps il articule l’information qui en sera donnée vers les musulmans. La ‘vision’ du Prophète permet celle des fidèles en tant que destinataires que le récit adresse indirectement. Le ‘tu’ du « tara » (et de « ton Seigneur’) renvoie ainsi vers les ‘vous/musulmans’.*

*Le Prophète voit plus que la scène reprise dans la sourate; son regard dépasse ces éléments narratifs: ‘ruse des gens de l’éléphant’ ; ‘les oiseaux lançant des pierres’ et ‘les exterminant’.*

*Insistons sur la maîtrise du narrateur divin dont la ‘présence’ s’affirme par le récit des 'éléphants'; mais aussi par l'interaction avec le Prophète, ainsi que par la 'maîtrise stylistique': l’utilisation de la comparaison « semblables à une paille mâchée » par exemple, et de la ‘question rhétorique’ du deuxième verset.*

*En plus le narrateur désarticule le récit et insistant sur l’acteur divin qui en est à la base : c’est Dieu qui envoie les oiseaux vengeurs.*

*La vision du Prophète dépasse la scène, pour en saisir la signification ultime.*

*La sourate invite donc vers le déroulement d’une scène plus large, voire d’autres scènes. Nous l’avons déjà analysé au niveau de la sourate « Al fajr »*
*Le “A lam tara”, « Ne vois-tu pas » y introduit cet élargissement comme autant de ‘scènes’ projetés sur l’écran de la réception prophétique vers les récits amplifiés qui se dérouleront par la suite (voir l’article en question).*

*« 6. N'as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi avec les Aad*
*7. [avec] Iram , [la cité] à la colonne remarquable,*
*8. dont jamais pareille ne fut construite parmi les villes?*
*9. et avec les Tamud qui taillaient le rocher dans la vallée?*
*10. ainsi qu'avec Pharaon, l'homme aux épieux? »*

*L’on comprend que les récits coraniques illustrent l’action divine à tous les niveaux. Le reportage télévisuel contemporain permet de mieux comprendre le miracle des récits coraniques. Mais ceux-ci sont aussi à l’opposé par exemple des récits des films contemporains : le spectateur y subit le règne de la narration par les images qui donnent l’illusion de la vérité. Le récit s’y émancipe de toute source divine, alors que dans le Coran le récit exprime la Toute-Puissance divine.*
Read 476 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir