Pourquoi le sermon de l’Aïd de l’Ayatollah Khamenei a rendu nerveux les sionistes et les Américains

Rate this item
(0 votes)
Pourquoi le sermon de l’Aïd de l’Ayatollah Khamenei a rendu nerveux les sionistes et les Américains
Par Mohsen Badakhsh

Dans son sermon de l'Aïd al-Fitr mercredi, le Leader de la Révolution islamique, l'Ayatollah Seyyed Ali Khamenei, a imputé à la civilisation occidentale le sort du peuple palestinien à Gaza, dénonçant le soutien occidental à la guerre génocidaire israélienne contre le territoire assiégé.

Il a pointé du doigt les États-Unis et le Royaume-Uni, les deux plus grands alliés du régime illégitime de Tel-Aviv, pour lui avoir apporté un soutien militaire, politique et économique, en particulier au cours des six derniers mois, affirmant que ces pays ont véritablement exposé la « nature perverse » de la civilisation occidentale au monde entier.

« Nous, ainsi que d'autres personnalités qui remettent en cause la civilisation occidentale, nous avions déjà souligné à plusieurs reprises que les attributs de cette civilisation étaient hostiles aux qualités et aux valeurs morales et humanistes », a souligné le Leader de la Révolution islamique, ajoutant que leur soutien manifeste au génocide à Gaza, depuis le 7 octobre de l’année dernière, a mis à nu cette réalité.

Condamnant le massacre sanglant de plus de 33 000 personnes à Gaza, l'Ayatollah Khamenei a souligné que le régime d'apartheid occupant la Palestine s'est livré au meurtre de bébés sur les genoux de leur mère ainsi que de patients dans les hôpitaux et pour la simple raison que ce régime ne faisait pas le poids face aux combattants de la Résistance palestinienne.

Connu pour son courage et sa sagesse hors pair, l’Ayatollah Khamenei est sans aucun doute le seul dirigeant mondial à contester sans réserve la fausse façade de la civilisation occidentale et son respect tant vanté des « valeurs démocratiques » et des « droits de l’homme », comme le prétendent largement les conglomérats de presse financés par l’État dans les pays occidentaux.

Dans cette lignée, il a dénoncé les fausses affirmations occidentales sur leurs supposées préoccupations concernant les droits de l’homme, interrogeant si plus de 33 000 personnes innocentes massacrées à Gaza n’étaient pas considérées comme des êtres humains selon les normes occidentales. Et, il a  remis en question le silence des États-Unis et de leurs alliés face au carnage qui se déroule à Gaza.

Le Leader de la Révolution islamique a également évoqué la récente attaque de missiles israéliens contre le bâtiment du consulat iranien à Damas, la capitale syrienne, redisant que cet acte criminel constitue une attaque contre le territoire iranien et que ses auteurs « doivent être punis et ils le seront» pour leur « erreur ».

Bien que la nation iranienne pleure la perte des officiers martyrs dans l'attaque terroriste, le Leader de la Révolution islamique a déclaré que ces derniers aspiraient très certainement à mourir en martyr.

Un jour après l'attaque de lundi dernier, au cours de laquelle sept conseillers militaires iraniens, dont un haut commandant du CGRI, ont été assassinés, le Leader a explicitement déclaré que le régime israélien « regrettera son crime » et qu’il sera « puni par nos braves hommes ».

Ses remarques ont semé la nervosité au sein du régime illégitime de Tel-Aviv et de ses soutiens en Occident, ce qui s'est reflété dans l'annonce de la fermeture de dizaines d'ambassades israéliennes dans de nombreux pays.

Les remarques de l’Ayatollah Khamenei ont coïncidé avec la réaffirmation par de hauts responsables américains et britanniques de leur soutien politique sans faille et de la poursuite de leurs livraisons d’armes meurtrières à l’entité sioniste, ignorant le carnage sans précédent à Gaza, le meurtre de femmes et d’enfants et la pire catastrophe humanitaire qui s’y déroule sur cette enclave assiégée.

En effet, le Premier ministre britannique, Rishi Sunak a promis mercredi de poursuivre les livraisons d’armes au régime israélien et, le président américain, Joe Biden a réaffirmé l’engagement « sans faille » de Washington à défendre le régime occupant contre d’éventuelles représailles de la République islamique d’Iran.

L’engagement de Biden à soutenir Tel-Aviv à la Maison Blanche vise à dissuader Téhéran de lancer une frappe de représailles contre le régime de l’apartheid peu après la promesse renouvelée de l’Ayatollah Khamenei de punir l’entité occupante, selon la presse locale.

« Comme je l’ai dit au Premier ministre Netanyahu, notre engagement en faveur de la sécurité d’Israël contre ces menaces de l’Iran et de ses mandataires est ferme et inébranlable. Permettez-moi de le répéter, inébranlable », aurait insisté Biden. « Nous allons faire tout notre possible pour protéger la sécurité d’Israël. »

Le Secrétaire d’État américain, Antony Blinken, un sioniste déclaré engagé envers le régime d’apartheid occupant la Palestine, a fait écho au vœu de Biden lors d’un appel téléphonique avec le ministre de la Guerre du régime israélien, Yoav Gallant, selon un communiqué du Département d’État.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, lors d'une audition au Congrès mardi, a fait une déclaration étonnante qui a déclenché une vague de colères sur les réseaux sociaux. Il a déclaré que le régime israélien n'avait pas commis de génocide à Gaza, au mépris de toutes les preuves disponibles.

« Nous n’avons aucune preuve de génocide », a proclamé Austin lors d’une audition au Sénat américain, suscitant l’indignation des défenseurs des droits locaux et des organisations musulmanes. Il a en outre réitéré que Washington restait déterminé à défendre le régime israélien, confirmant ainsi la complicité américaine dans le génocide de Gaza.

Les derniers développements surviennent dans un contexte de protestations croissantes dans le monde entier, condamnant le soutien au génocide à Gaza par les États-Unis, des activistes et des observateurs faisant écho à la description de Washington comme le « Grand Satan » par le défunt fondateur de la Révolution islamique, l’Imam Khomeini.

L'Ayatollah Khomeini a inventé l'étiquette de « Grand Satan » pour décrire le gouvernement américain en 1979, à une époque où l'Amérique était largement considérée comme la première « superpuissance » mondiale, citant l’ingérence massive et répétée des États-Unis et ses invasions militaires dans des pays du monde entier, y compris l’installation d’un dictateur brutal et impopulaire en Iran pour protéger les intérêts de Washington.

Bien que beaucoup aient rejeté la grande perspicacité de l'Imam Khomeini et sa reconnaissance précise de la nature perverse de l'impérialisme américain à l'époque, sur fond de sa puissance et de sa présence militaire étendue, le temps lui a donné raison, de plus en plus d'activistes et de critiques de l'Amérique commençant à qualifier l’Amérique de « Grand Satan ».

Lorsque le « Grand Satan » s’associe à un régime illégitime et assassin d’enfants pour massacrer des dizaines de milliers d’innocents, et attaquer des consulats, une action défensive devient une nécessité. L’Iran a juré de riposter, et ses représailles viendront au moment et à l’endroit de son choix.

Mohsen Badakhsh est éducateur et journaliste indépendant.

Read 77 times