L’Illustre Fatima Az-Zahra (Que la Paix soit sur Elle) Compilation de Anta N’Diaye

Rate this item
(0 votes)
L’Illustre Fatima Az-Zahra  (Que la Paix soit sur Elle)  Compilation de Anta N’Diaye

Préface

En tant que croyants, avant d’agir, il faut savoir comment. Il faut avoir la connaissance de sa religion. La vie des 14 Infaillibles est là pour nous l’apprendre.

Les Infaillibles sont le Saint Prophète Mohammad (pslf), sa fille Fatima az Zahrâ (pse) et les 12 Imâms (pse).

Le Saint Prophète Mohammad (pslf) a dit :

« Recherchez la Science, jusqu'en Chine s’il le faut, car posséder la Science est un devoir qui incombe à tout musulman ».

(Nahjul Façâha p.63)

Hadith Ath-Thaqaleyn :

Le Messager de Dieu (que la paix et la miséricorde de Dieu soient sur lui) a dit:

"O vous, les gens, en vérité j'ai laissé parmi vous ce par quoi vous ne vous égarerez pas après moi. Saisissez ces deux trésors (ath-thaqaleyn), l'un plus grand que l'autre, le Livre de Dieu qui est une corde tendue entre ciel et terre et ma Famille, les gens de ma demeure. En vérité, ces deux-là ne se sépareront pas jusqu'à ce qu'ils viennent me rejoindre au bassin ».

«Je vous lègue deux poids: le premier c’est le Livre de Dieu dans lequel sont votre Guidance et votre Lumière. Puisez dans ce Livre et accrochez-vous à ce Livre et à ma Descendance (Ahl-ul-Beyt), ma descendance, ma descendance »

 

Le Prophète tenait, une fois de plus, à inculquer aux Musulmans le lien inséparable entre le Saint Coran et les Gens de sa Famille, afin qu'ils comprennent clairement que ces derniers détiennent le contenu du Livre d'Allah, sa Vérité et sa Signification.

Le Prophète (pslf) a dit, dans un discours prononcé à Johfah: «Ne suis-je pas plus responsable de vous que vous-mêmes?» Si, ô Messager d'Allah, répondit l'assistance. Je vous demande donc deux choses: de vous attacher au Coran et aux Gens de ma Famille». (Relaté par al-Suyûtî dans "Ihyâ' al-Mayyit )

« Les Gens de ma Famille sont pour vous comme le Bateau de Noé, quiconque y montera sera sauvé et quiconque le ratera sera noyé. » (Al-Hâkim dans "Al-Mustadrak": 3/151)

« Oui certes quiconque meurt en aimant la Famille de Mohammad meurt en martyr.

Quiconque meurt en aimant âli Mohammad (Les Gens de la Demeure) meurt pardonné!

Quiconque meurt en aimant âli Mohammad (Les Gens de la Demeure) meurt repenti!

Quiconque meurt en aimant âli Mohammad (Les Gens de la Demeure) meurt en croyant à la Foi parachevée!

Quiconque meurt en aimant âli Mohammad (Les Gens de la Demeure), l'Ange de la mort lui annonce (la bonne nouvelle de son entrée au Paradis (...)!

Oui, certes, quiconque meurt en aimant âli Mohammad (Les Gens de la Demeure) sera escorté au Paradis comme est escortée à la maison de son mari une épouse. » (Safinatul Bihâr)

« Fâtimah est une partie de moi, elle est la prunelle de mes yeux. » (Bihâr al-Anwâr: 43:24)

« Nous, les Ahl-ul-Bayt, Allah a choisi pour nous la vie de l'au-delà, plutôt que la vie d'ici-bas. Aussi, les Gens de ma Maison connaîtront l'expulsion et la dispersion dans le territoire. »(Ibn Mas'ûd et cité dans al Mustadrak al-Sahîhayn, 4/464.))

« Il y aura après moi douze Successeurs, issus tous de Qoraych (tribu dont est issu le Noble Prophète). » (Ibn Mas'ûd dans "Mustadrak al-Sahîhayn", Tom. 1, p. 269)

 « Les Imâms après moi seront au nombre de douze, dont neuf descendront de l'épine dorsale d'al-Hosseyn et le neuvième de ce dernier est le Mahdî (‘aj). » (Ibn Mas'ûd et cité dans "Kîfâyat al-Athar", p. 23.)

« De quiconque je suis le Maître 'Ali est aussi son Maître! O mon Dieu! Sois l'Ami de quiconque est son ami, et l'Ennemi de quiconque est son ennemi. »

(Al-Tabarânî, Ahmad et bien d'autres)

Se rappeler Az-Zahra (pse), c’est éveiller notre dignité, notre haut rang, notre statut et c’est rejeter tout le superflu de la société contemporaine.

Mais avant tout, célébrer Fatima (pse) la fille du Prophète (pslf), l’héroïne d’Al-Kawthar, l’épouse de ‘Ali, l’Emir des croyants (psl), la mère des Hassaneyn (psEux) et de Zaynab (pse), c’est accomplir un acte de dévotion comme en témoigne ce hadith, faisant l’unanimité auprès des savants émanant de toutes les écoles confondues :

Le Prophète a dit : « Fatima est une partie de moi, fruit du coeur et de l’esprit, quiconque la met en colère, m’aura certes mis en colère et quiconque aura mis le Messager de Dieu en colère aura certes mis Allah, Tout Puissant, en colère. »

Sourate al-Insân La totalité de la Sourate «Al-lnsân» (appelée aussi sourate «Hal Atânâ» et Sourate «Al-Dahr») fait l’éloge des «Gens de la Maison», c'est-à-dire l'Imâm ‘Alî, Fatima az-Zahrâ' et leurs deux fils: les Imâms Hassan et Hossayn (que la paix soit sur eux).

Cette sourate décrit leur piété et la place élevée qu'Allâh leur réserve. Elle dépeint la faiblesse générale de l'homme et sa totale léthargie ; parle du Paradis ; des prières accomplies par les Ahl ul Bayt qui sont déjà acceptées et approuvées puis énonce la déclaration d'Allâh (swt) à Son Prophète Messager Mohammed (pslf)).

Ainsi la sourate al Insân détermine bien la distinction des «Gens de la Maison», et précise la position de pivot de Fâtimah az-Zahrâ, la Dame de Lumière (pse).

 

Le verset (âyah) de Mobâhala Quelques écclésiastiques chrétiens, sous la direction de l'Evêque de Najran, vinrent à Médine voir le noble Prophète pour parler et défendre leur conception déformée de la propre existence du Prophète 'Issâ (psl), ainsi que de ses enseignements.

Comme ce débat traînait sur plusieurs jours Allah fit enfin descendre le verset (âyah) de Mobâhala.

Dans ce verset il reçut l'ordre de dire aux chrétiens de Najrân qu’ils se retrouvent un jour précis à un endroit bien déterminé ; qu'il amènerait ses propres fils et femmes et qu'ils devraient eux aussi en faire de même. Qu'il viendrait enfin lui-même et qu'ils devraient pouvoir faire descendre le courroux d'Allah sur ceux qui étaient les menteurs.

 

Le Prophète (pslf)) se rendit à l'endroit où se déroula la Mobâhala, emmenant, avec lui, son gendre Ali, sa fille Fatima et ses petits-fils, al-Hassan et al-Hosseyn (paix sur eux) et invita les ecclésiastiques de Najrân à amener les leurs, afin d'invoquer ainsi la colère d'Allah.

Mais les ecclésiastiques de Najrân s'abstinrent de s'engager dans cette entreprise et établirent ainsi leur position de menteurs dans l'histoire. A cette occasion le noble Prophète amena sa propre progéniture, c'est-à-dire «Les Gens de la Maison» pour confirmer ainsi leur grandeur et leur supériorité sur les autres.

Cela signifie qu’ils constituent les âmes exaltées qui peuvent être mises en avant pour montrer l'extrême distinction qu'Allah et Son Prophète leur attachent. Là aussi la position de la Dame Fatima est centrale et principale, comme celle de son mari et de ses enfants.

Allah le Tout-Puissant dit dans le saint Coran:

«Si quelqu'un te contredit après ce que tu as reçu en fait de science, dis: Venez! Appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nous-mêmes et vous-mêmes: nous ferons alors une imprécation réciproque en appelant une malédiction de Dieu sur les menteurs». (S.3 ; V. 61)

En espérant que ce document nous soit d’une grande utilité, nous serve de moyen de départ à la réflexion et à une recherche plus approfondie de la connaissance, recherche bien sûr suivie d’efforts continus pour l’amélioration de notre comportement en tant que musulman,

Nous prions qu’Allah  (soubhânahou wa ta’âlâ) nous éclaire et nous guide dans le Droit Chemin !!!

Read 1794 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir