Une Réflexion sur la sourate ‘Al-Fajr’, Par l'Aube

Rate this item
(0 votes)
Une Réflexion sur la sourate ‘Al-Fajr’, Par l'Aube

Une Réflexion sur la sourate ‘Al-Fajr’, Par l'Aube

*« 1. Par l'Aube!*
*2. et par les dix nuits !*
*3. Par le pair et l'impair!*
*4. Et par la nuit quand elle s'écoule!*
*5. N'est-ce pas là un serment, pour un doué d'intelligence? »*

*Au niveau purement littéraire, la force des serments coraniques surprendra ! Pour les musulmans, ces ‘'aqsâm' sont le fait d’Allah Lui-même. Ils sont introduits par “wa”, “et”, ou la phrase “lâ ouqsimou bi’, “Non, je jure par ”. Parfois Allah jure par Lui-même (4/65); très souvent par des aspects de Sa création: dans ce cas il jure donc indirectement par Lui-même par le ‘détour’ de Sa création: par l’aurore (89/1), le temps (103/1), etc. Il y a bien appel à approfondir les capacités perceptives.*

*Le Coran se déploie à partir de ces serments, dans le cadre d’impératifs divins qui nous introduisent dans l’intimité des Prophètes.*

*Dans la sourate ‘Al-Fajr’, reprise ici, les versets nous introduisent vers les récits itératifs des peuples appelés à se réformer ; ces récits se retrouvent comme synthétisés dans une espèce de ‘phrase unique’, ’joumla wâhida’ (25/32) :*

*« 6. N'as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi avec les Aad*
*7. [avec] Iram , [la cité] à la colonne remarquable,*
*8. dont jamais pareille ne fut construite parmi les villes?*
*9. et avec les Tamud qui taillaient le rocher dans la vallée?*
*10. ainsi qu'avec Pharaon, l'homme aux épieux?*
*11. Tous, étaient des gens qui transgressaient dans [leurs] pays,*
*12. et y avaient commis beaucoup de désordre.*
*13. Donc, ton Seigneur déversa sur eux un fouet du châtiment. »*

*On y retrouve donc entre autres ‘l’essence’ de la prédication de Moïse , telle que la polyphonie des sourates la développe (voir les articles antérieurs). En même temps la spécificité de chaque peuple est soulignée de façon icônique : ‘la colonne’, ‘l’édifice dans le rocher’, ‘les épieux’.*

*Le regard de la sourate se déploie à partir de la spécificité de ces récits vers l’universalité du message:*

*« 14. Car ton Seigneur demeure aux aguets.*
*15. Quant à l'homme, lorsque son Seigneur l'éprouve en l'honorant et en le comblant de bienfaits, il dit : "Mon Seigneur m'a honoré".*
*16. Mais par contre, quand Il l'éprouve en lui restreignant sa subsistance, il dit : "Mon Seigneur m'a avili".*
*17. Mais non! C'est vous plutôt, qui n'êtes pas généreux envers les orphelins. »* *(89)*
Read 142 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir