Le miracle de la naissance du Prophète Issa (p) dans le Coran

Rate this item
(0 votes)
Le miracle de la naissance du Prophète Issa (p) dans le Coran
Le Saint Coran n’a évoqué la naissance d’aucune personne sacrée comme il l’a fait pour ce qui est de la naissance du Prophète Issa (p), en tant que Signe parmi les Signes d’Allah. Il l’a fait surtout dans la Sourate « Maryam » (Marie), où Il a parlé de Sayyeda Maryam (p) en tant que Sainte et purifiée consacrée à Allah : ((La femme d’Imrân dit : " Mon Seigneur ! Je te consacre ce qui est dans mon ventre ; accepte-le comme mon offrande. Tu es, en vérité, Celui qui entend tout, l'Omniscient ". Après avoir accouché de sa fille, elle dit : " Mon Seigneur ! J'ai mis au monde une fille. " Mais Allah savait bien ce qu'elle avait enfanté : le mâle n'est pas comme la femelle ! " Je l'ai appelée Maryam et je la mets sous Ta protection, elle et sa descendance, contre Satan, le lapidé ". Son Seigneur fit à l'enfant un bel accueil, Il la fit croître d'une belle croissance et Il la confia à Zacharie. Chaque fois que Zacharie allait la voir dans le sanctuaire, il trouvait auprès d'elle une provision et lui demandait : " O Maryam ! D'où tiens-tu cela ? " Elle répondait : " Cela vient d’Allah! Allah pourvoit au besoin de qui Il veut sans faire de compte ".)) [3 : 35, 36, 37]. Les Anges lui apportaient sa nourriture alors qu’elle adorait Allah ((Et mentionne dans le Livre Marie, comment elle quitta sa famille et se retira en un lieu situé vers l'Orient. Elle plaça un voile entre elle et les siens. Nous lui envoyâmes alors Notre Esprit, qui lui apparut sous la forme d'un homme de belle prestance.))[19 :16,17] Elle voulait s’isoler pour adorer Allah, à Lui la Grandeur et le Gloire, en s’éloignant du bruit des siens. L’Esprit qui lui a été envoyé est l’Esprit d’Allah, qui est, peut-être, l’Ange Gabriel qui a pris une forme humaine parfaite. C’était un jeune homme qui se présentait devant elle. Alors cette Vierge a eu peur. Elle craignait d’être maltraitée par lui. ((Elle dit : " Je prends refuge auprès du Miséricordieux contre toi, si tu crains Allah ! "Il dit : " Je ne suis que l'envoyé de ton Seigneur, venu pour te donner un garçon pur ".Elle dit : " Comment aurais-je un garçon ? Aucun mortel ne m'a jamais touchée et je ne suis pas une dissolue ". Il dit : " Il en est ainsi ; ton Seigneur a dit : "Cela m'est facile. Et afin que Nous fassions de lui un signe pour les hommes et une miséricorde venue de Nous. C'est là un décret irrévocable" ".)) [19 : 18, 19, 20,21]. C’était un message d’un autre genre que l’Ange lui apportait. C’était un garçon. Mais comment pourrait-elle, elle qui n’était pas mariée, avoir un enfant alors qu’elle savait que la conception ne peut avoir lieu que par la relation entre un homme et une femme ? Il lui a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’une affaire ordinaire, mais d’un miracle d’Allah qui, lorsqu’il décide de créer une chose, Il lui dit : « Sois », et la chose « est ». De la même façon qu’Il crée les hommes, Il a décidé de créer l’enfant de Sayyeda Maryam (p). Cela Lui est facile, et comme l’enfant est destiné à être un Signe pour les hommes et une miséricorde de la part du Seigneur, il a été créé d’une manière différente. Et de ce fait, Maryam (p) ne pouvait pas protester, car il s’agissait d’une volonté divine.

((Elle devint grosse de l'enfant et se retira avec lui dans un lieu écarté.)) [19 : 22]. Les exégètes ne s’accordent pas sur la durée de sa grossesse. Il paraît que cette durée n’était pas longue car, le cas échéant, elle ne pouvait pas s’éloigner de ses parents durant neuf mois. Allah connaît mieux cette durée. ((Les douleurs de l'enfantement la surprirent auprès d'un tronc de palmier. …)) [19 :23] . Elle s’est sentie faible comme toute autre femme, surtout qu’elle était seule et éloignée des siens face à cette expérience d’accouchement qu’elle n’avait pas connue auparavant. ((" Malheur à moi, s'écria-t-elle, que ne suis-je déjà morte, totalement oubliée ! ")) [19 :23]. C’était, pour elle, une expérience difficile, surtout lorsqu’elle aura à expliquer l’affaire aux gens. ((Une voix venue d'en-dessous d'elle l'appela : " Ne t'afflige pas ! Ton Seigneur a fait jaillir à tes pieds un ruisseau.)) [19 :24]. Certains exégètes disent que c’était Jésus qui l’a appelée, lui disant de ne pas s’affliger car elle était sous la protection d’Allah, sous la protection du Seigneur des Cieux et de la terre. ((Secoue vers toi le tronc du palmier ; il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange, bois et rafraîchis tes yeux. Et si tu vois quelque mortel, dis : " J'ai voué un jeûne au Miséricordieux ; aujourd'hui je ne parlerai à personne !" ".)) [19 : 25,26]. Le jeûne dont il s’agit consistait à ne pas parler.

Read 514 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir