Les raisons de l'intervention occidentale en Libye

Rate this item
(1 Vote)

L'entrée des révolutionnaires libyens dans la capitale et l'occupation de la résidence de Kadhafi ont mis fin à 42 ans de dictature.

Le guide suprême, l'Ayatollah Khamenei, a fait allusion aux intérêts pétroliers de l'arrogance en Libye et a déclaré que l'Occident cherchait par son intervention dans ce pays, à détruire les infrastructures libyennes et à contrôler les évolutions en Egypte et en Tunisie.

L'entrée des révolutionnaires libyens dans la capitale est-elle le début d'une nouvelle Libye ?

L'entrée des révolutionnaires libyens dans la capitale et l'occupation de la résidence de Kadhafi ont mis fin à 42 ans de dictature.

Les combats se poursuivent dans la capitale contrôlée par les opposants de Kadhafi qui depuis son refuge, a annoncé que les gens viendront à bout de "ces rats" (les opposants).

Les bombardements de l'Otan se poursuivent et des soldats anglais et français sont entrés en Libye.

Le pétrole joue un rôle primordial dans ces interventions étrangères.

Ce pays qui était un des pays les plus développés d'Afrique selon les statistiques officielles occidentales, est actuellement au bord de la destruction.

L'avenir nous dira quel sera le sort de ce pays, des interventions étrangères et de la reconstruction. Si l'occident croit vraiment à la démocratie, il vaudrait mieux qu'ils laissent les gens décider d'eux-mêmes de l'avenir de leur pays.

Les élections au Bahreïn

Les 18 sièges du parlement bahreïni ont été interdits aux représentants de l'opposition chiite du parti Al Vifaq qui a annoncé qu'il boycotterait ces élections. Le gouvernement bahreïni après avoir réprimé avec l'aide de pays étrangers, les mouvements au Bahreïn, prétend vouloir lancer un dialogue "pour le règlement des divergences".

Le parti Al Vifaq a été obligé de se retirer de ces discussions suite à la répression et aux tortures infligés à ses membres, et l'indifférence du régime aux revendications populaires.

36 tués lors d'une attaque du gouvernement contre les opposants au Yémen.

Les sources médicales et militaires du Yémen ont annoncé que 36 personnes avaient été tuées lors d'une attaque aérienne au sud du Yémen. Cette attaque a été lancée par les forces gouvernementales pour reprendre certaines villes du sud occupées par des groupes apparentés à Al Qaida selon certaines sources, qui ont profité des mouvements de Réveil islamique pour s'emparer des villes du sud. Les conflits intenses entre le gouvernement et les différentes tribus ont conduit le pays au bord de la guerre civile. Le président Abdoullah Saleh réfugié en Arabie Saoudite, ne compte pas se retirer du pouvoir.

Read 1518 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir