13 Rajab , Heureuse naissance de imam Ali Ibn Abitalib as

Rate this item
(0 votes)
13 Rajab , Heureuse naissance de imam Ali Ibn Abitalib as

IMAM ALI IBN ABITALIB(as) :

 Selon une opinion largement répandue, le jour 13 Rajab, est le jour d`anniversaire de la naissance d’Ali ibn Abi-Taleb, 23 ans avant l’Émigration, Hijir.

Dieu, le Très Haut, dit dans son Noble Livre: ((Il en est un, parmi les hommes, qui s'est vendu lui-même pour satisfaire à Dieu)) (Coran II, 207). Il dit aussi: ((Vous n'avez pas de maître en dehors de Dieu, de son Prophète et de ceux qui croient: Ceux qui s'acquittent de la prière et versent la zakat tout en s'agenouillant)) (Coran V, 55). Il s'agit bien de 'Ali qui vivait pour servir Dieu. Son mystère est qu'il ne pensait pas à soi-même, mais à Dieu. En parlant aux gens de la différence entre sa propre personne et eux-mêmes, il leur disait: "Je vous veux pour Dieu, mais vous me voulez pour vous-mêmes".

Le Prophète (SAWS) l'a couvé dès son plus tendre âge et lui a donné de sa lumière, de son esprit, de sa raison et de sa personnalité.

Nous savons que ‘Alî a passé son enfance dans le giron du Messager de Dieu (Psl) et non pas auprès de son père et de sa mère. C’est que le Messager de Dieu (P), ayant constaté la pauvreté de son oncle, Abû Tâlib, et le grand nombre de ses enfants qui lui posait des problèmes financiers, avait pris ‘Alî à sa charge. ‘Alî accompagnait le Messager de Dieu (P) dans ses contemplations, ses invocations et son ouverture vis-à-vis de Dieu. Il était avec lui à la grotte de Hirâ’ lorsqu’il pratiquait ses contemplations, car le Prophète (psl) s’exerçait à éduquer sa raison, son cœur et tous les aspects de sa vie pour pouvoir s’élever vers Dieu, le Très-Haut. Selon les biographes, on a demandé à ‘Alî lorsqu’il a adhéré à l’Islam pourquoi n’avait-il pas consulté son père comme le font les enfants lorsqu’ils optent pour une chose d’une si grande importance.

Il a répondu : « Dieu n’a pas consulté mon père lorsqu’Il m’a créé ».

Alî (p) a vécu avec le Messager de Dieu (P). Il a appris sa science et le Prophète (P) a dit : « Je suis la cité de la science et ‘Alî en est la porte ».C’est lui qui s’est vendu à Dieu. C’est à son sujet que le Verset : ((Il en est un parmi les homes qui s’est vendu lui-même pour plaire à Dieu. Dieu est bon envers les serviteurs)) (Coran II, 207) a été révélé lorsqu’il a passé la nuit dans le lit du Messager de Dieu (P) afin de couvrir sa sortie de la maison pour émigrer vers Médine.

Le Messager de Dieu (P) l’a loué. Il a dit à son compte : « ‘Alî est avec la vérité, et la vérité est avec ‘Alî ; elle tourne avec lui là où il tourne ». Il lui a dit : « Ô ‘Alî, ne t’est-il pas suffisant que tu sois par rapport à moi ce qu’Aaron a été par rapport à Moïse, sauf qu’il n’y a pas de prophète après moi ? ». Lorsque le Prophète (P) parlait de ‘Alî (p), il n’y était pas poussé par l’affectivité, car le Prophète (P) ((ne parle pas à partir de la passion. Ce qu’il dit est une révélation qui lui a été faite)) (Coran LIII, 3-4).

Par l'Islam, 'Ali a nourri son enfance et sa jeunesse. Il a consacré sa vie à l'appel à Dieu et à la lutte sacrée sur le chemin de Dieu. Il a habité avec le Prophète (SAWS) et il s'est couché dans son propre lit pour lui permettre de s'enfuir et d'entamer l'Hégire à l'insu des polythéistes qui voulaient l'assassiner. Il est resté à la Mecque pour garder les dépôts du Messager de Dieu (P) et il n'a émigré qu'après avoir remis ces dépôts à leurs propriétaires.

 Il était le premier cavalier de l'Islam à la bataille de Badr, où il a tué la moitié des polythéistes qui sont tombés dans le combat, alors que tous les autres Musulmans ont tué l'autre moitié. C'est à cette occasion que l'ange Gabriel a clamé: "Il n'y a pas de brave homme en dehors de 'Ali, et il n'y a pas de sabre en dehors de dhu-l fiqâr". Son Sabre dhu-l fiqâr ne tuait pas injustement; il était un sabre qui établit la justice.

Il finissait une guerre pour en commencer une autre. Pourtant il n'aimait pas la guerre pour la guerre, mais pour repousser ceux qui voulaient nuire à l'Islam. Aux batailles de "'Uhud", de "Khaybar", des "Factions" et de "Hunayn", 'Ali était un sabre qui défendait l'Islam devant le Messager de Dieu (SAWS ). A la batailla des "Factions", le Prophète (SAWS ) a promis le Paradis à quiconque tuera 'Amr Ibn Widd, et 'Ali a fini par le tuer pendant quele Prophète (SAWS) invoquait Dieu en Disant : ((Seigneur! Ne m'abandonne pas seul, Tu es le meilleur des héritiers)) (Coran XXI 89).

A la bataille de "Khaybar", le Prophète (SAWS) a dit : "Demain je donnerai l'étendard à un homme qui aime Dieu et son Messager et que Dieu et son Messager l'aiment, à un homme qui attaque et ne fuit jamais, qui ne rentre qu'avec la victoire".

Cet Homme était 'Ali (p). Il a conquis Khaybar et le Prophète (SAWS) a dit : " 'Ali est avec la vérité et la vérité est avec 'Ali. Seigneur! Fais que la vérité soit avec 'Ali là où il se dirige!".

En outre, 'Ali avait tellement assimilé la science du Messager de Dieu (SAWS) qu'il disait : "Je suis la cité de la science, 'Ali en est la porte".

 

Dieu, le Très Haut, dit dans son Noble Livre: ((Les croyants sont frères. Faites donc la paix entre vos deux frères et craignez Dieu. Peut-être vous fera-t-on miséricorde)) (Coran XLIX, 10). Selon la plupart des biographies, la première action entreprise par le Prophète (SAWS) à la Mecque, puis complétée à Médine, fut la déclaration des Musulmans comme étant des frères. Il en fut ainsi car les Musulmans n'étaient pas nécessairement liés par des liens de parenté ou autre. Le Prophète (SAWS) a donc voulu, conformément à ce que lui a été révélé par Dieu, établir des liens organiques entre les Musulmans de sorte que la fraternité ou le lien religieux soit aussi fort que le lien de parenté, ou même plus fort encore dans la mesure où il ressemble au lien qui réunit les organes dans un même corps.

Le premier geste fut la fraternisation des Musulmans à la Mecque puis de ceux qui ont émigré avec lui. Chacun d'eux avait été lié avec un autre par ce lien de fraternité. On dit que 'Ali (p) était resté seul car le Prophète (SAWS) ne lui avait pas désigné un frère. Ayant senti sa tristesse à cet effet, le Prophète (Psl) lui a dit: "Ne serais-tu pas satisfait si j'étais ton frère?". Et comme 'Ali (p) a répondu par l'affirmative,le Prophète (Psl) lui a dit: "Tu es mon frère dans ce monde ci et dans l'Autre-Monde".

Lorsque le Prophète (P) a émigré à Médine avec une partie des Musulmans, il a réaffirmé la fraternisation des Muhâjirûn (Emigrés) et établi, en plus, un lien de fraternité entre les Émigrés et les Partisans (Ansar) de Médine. Cette fraternisation impliquait le partage entre ces frères de leurs biens matériels ainsi que la participation de chacun aux problèmes, aux joies et aux malheurs de l'autre. Une fois la fraternisation des Muhâjirûn et des Ansar terminée, 'Ali (p) vint retrouver le Prophète (Psl) pour demander de le fraterniser avec l'un des Ansar. Le Prophète (Psl) lui répéta à Médine ce qu'il avait déjà dit à la Mecque:

 "Ne serais-tu pas satisfait si j'étais ton frère? Tu es mon frère dans ce monde-ci et dans l'Autre monde". Ainsi, le saint Prophète (Psl) a choisi ce jeune homme qu'il avait lui-même élevé avec le sang de son cœur et la lumière de son esprit au point qu'il est devenu un modèle parfait de l'homme dans ce domaine. L'Imam (p) était le premier Musulman après le Prophète (Psl). Il disait à ce propos: "Je suis le premier à avoir entendu et obéi. Personne n'a fait la prière avant moi autre que le Messager de Dieu (Psl)".

Nombreuses sont les Traditions Prophétiques qui évoquent la nature de la fraternité. L'une d'elles dit: "Le croyant se sent à l'aise avec le croyant comme le cœur de l'assoiffé devant l'eau". L'Imam 'Ali (p) a dit en s'adressant à son compagnon Kumayl: "O Kumayl! Les Croyants sont frères et, pour tout frère, rien ne vaut un frère". L'Imam Jafar as-Sâdiq (p) disait: "Le Croyant est frère pour le Croyant, il est son œil et son guide. Il ne le trahit ni le traite injustement. Il ne le trompe ni ne trahit ses promesses envers lui".

 

***************

Quelques hadiths tirés de Târîkh al-Kholafâ', de Jalâl-ul-Dîn As-Suyûtî Concernant les mérites de `Ali

A1-Tabarânî rapporte dans "Awsat" et "Çaghîr" qu'Om Salma a relaté : "J'ai entendu le Messager de Dieu dire : "`Ali est avec le Coran et le Coran est avec `Ali. Ils ne se sépareront pas avant qu'ils arrivent à la fontaine de Kawthar au Paradis

Ibn `Asâkir, citant le témoignage d'Abû Bakr, écrit : "Le Prophète (psl) dit : "Regarder `Ali est un acte de piété".

Muslim dans son sahih rapporte que `Ali a dit : "Par Celui qui a fendu les graines et créé l'âme, le Prophète (psl)  m'a promis que ne m'aimera qu'un vrai Croyant et que ne me détestera qu'un hypocrite

Les deux Cheikhs (Al-Bokhari et Muslim), se référant à Sa`d Ibn Abî Waqqâç, rapportent que le Messager de Dieu, ayant décidé de laisser derrière lui `Ali Ibn Abî Tâlib comme son Lieutenant pendant l'expédition de Tabulk, `Ali lui dit : "Ô Messager de Dieu ! Me laisses-tu derrière, parmi les femmes et les enfants ?" Le Prophète (psl) répondit : "N'es-tu pas content d'être à moi ce qu'Aaron avait été à Moïse, à cette différence près qu'il n'y aura pas de Prophète après moi ?"

Read 160 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir