Le 15 de mois Rajab ,l’anniversaire de la mort de la Dame Zaynab,la petite Fille de prophète(psl)

Rate this item
(0 votes)
Le 15 de mois Rajab ,l’anniversaire de la mort de la Dame Zaynab,la petite Fille de prophète(psl)

Le 15 de mois bénie Rajjab ,est l’anniversaire de la mort de la femme pieuse, l’héroïne, la combattante et la savante, qu’est la Dame Zaynab,la petite  Fille de prophète(psl), qui a vécu dans le giron de sa mère, la Dame Fâtima az-Zahrâ’ (p), sous la surveillance de son père ‘Alî (p) et de ses deux frères, al-Hassan (p) et al-Hussein (p). Cela lui a permis d’élever le niveau de sa raison, de sa spiritualité, de son courage, de sa fermeté, de sa fidélité au vrai et de son jihâd pour la cause de Dieu.

Elle a porté le Message du Messager de Dieu (P) et ses bons caractères. Elle a porté le courage de son père 'Alî (p), la dévotion et la science de sa mère, et la guidance de ses deux frères. elle représentait la femme dont la raison était remplie de science, dont la vie était remplie de la fidélité à l'égard de Dieu, le Très-Haut, ainsi que de la lutte pour Sa cause.

 

Elle n'a passé auprès du Messager de Dieu (P) que les cinq premières années de sa vie.

Après cela, Sayyida Zaynab (p) a vécu l'expérience de son père au service du Message de l'Islam. Zaynab (p) a été le témoin de son frère al-Hassan (p) comme porteur du Message, ce Maître des jeunes du Paradis qui a voulu préserver les personnes qui étaient restées purement croyants.il a signé la paix avec Mu'âwiya, et a souffert des atteintes qui lui ont été portées même par certains de ses partisans. Après cela, Sayyida Zaynab a été le témoin de son frère al-Hussein (p) qui a senti que l'Islam était en danger et que la déviation était devenue très grande. Sayyida Zaynab (p) accompagna son frère (p)durant la tragédie d`Ashoura a Karbala.

A Karbala, Sayyida Zaynab (p) a senti l'affection sous ses degrés les plus forts, dans son cœur et dans ses sentiments. Mais ayant été avertie que son rôle de porteuse du Message lui exigeait d'être patiente, d'être hautaine et consciente sur la ligne de la direction à cette étape, elle a pris des attitudes héroïques présentant ainsi le meilleur exemple aux hommes et aux femmes.Depuis la fin du combat à Karbala, elle a pris la direction en main après la mort en martyr du Imam Hussein p et ses compagnons. Elle était forte et ferme. Elle n'a pas failli devant le drame. Le drame était une expérience parmi les plus difficiles qu'un homme pourrait éprouver, parmi les événements qui pourraient inciter l'homme à être triste face à la sauvagerie des ennemis. Pourtant, Zaynab (p) se sentait responsable envers les enfants de al-Hussein (p) et envers l'Imâm Zayn al-'Abidîn (p) qui était malade et qui était devenu son Imâm après la mort en martyr de son père. Elle n'a pas faibli et elle n'a pas renoncé. Elle était forte devant les ennemis tyranniques

Elle a été amene avec les femmes ;les enfants emprisonnies, à Kûfa. En réponse de gouverneur  Ibn Ziyâd qui a dit : "Louange à Dieu qui vous a démasqués, tués et faussé vos prétentions", elle a répondu avec beaucoup de force : "Louange à Dieu qui nous a ennoblis par Son Prophète Muhammad (P), qui nous a purifiés totalement de la souillure. C'est le pervers qu'on démasque et le menteur qu'on fausse. Et grâce à Dieu, ce n'est pas nous". A la question d'Ibn Ziyâd : "Comment as-tu trouvé ce que Dieu a fait de tiens et de ta famille ?", elle a répondu avec toute dignité : "Par Dieu, je n'ai vu que du bien. Ce sont des gens auxquels il était prédestiné d'être tués. Ils ont donc accouru vers leur trépas et Dieu vous réunira ensemble et vous vous disputerez devant Lui. Là tu verras qui d'entre vous sera victorieux".

Son attitude ne fut pas moins forte à Damas devant le tyran Yazîd. Elle s'est mise à le réprimander et à le défier en lui disant : : "Ceux qui t'ont déblayé le chemin et qui t'ont permis d'asservir les Musulmans sauront qui sont ceux qui occupent la place inférieure et qui ont les soldats plus faibles. C'est l'alternative méritée des injustes. Malgré les calamités qui m'ont touchée, je trouve que tu es sans valeur. Je trouve plus valorisant pour toi le fait de te tancer et de te réprimander. Mais je le fais car mes yeux sans larmoyants. Quelle chose étrange de voire les nobles du parti de Dieu tués par les affranchis, par le parti du Diable. Si tu penses que nous sommes un gain que tu viens de réaliser, tu ne tarderas pas à constater que nous sommes une perte que tu as subie. C'est à Dieu que nous adressons nos plaintes. Dieu ne traite jamais ses serviteurs injustement. Déploie donc tes fourberies et tous tes efforts. Par Dieu, tu n'arriveras pas à effacer notre renommée. Tu n'anéantiras pas notre Révélation. Tu n'atteindras jamais notre rang et tu n'arriveras jamais à laver ta honte. Tes avis sont erronés, Tes jours, lorsque le crieur criera, sont comptés et les armées qui tu rassembles seront dispersées. Que la malédiction de Dieu soit sur les injustes. Gloire à Dieu qui a donné au premier d'entre nous le bonheur et au dernier parmi nous le martyre et la miséricorde".

Elle ne tremblait pas devant le pouvoir de calif Yazîd ni devant la force de ses armées. Elle ressemblait à son père, 'Alî (p) qui a dit : "Si tous les Arabes se rassemblaient pour me combattre, je ne les fuirais jamais".

Pendant toute sa marche, Sayyida Zaynab (p) possédait une personnalité de dirigeante. Elle était la dirigeante qui a pu poursuivre le mouvement de la révolution husseinite. S'il n'y avait pas Zaynab (p), cette révolution aurait pu échouer. Al-Hussein (p) a sacrifié. Quant à Zaynab (p), elle a complété le sacrifice et a fait connaître au monde ce qu'est le sens de la révolution de al-Hussein (p).

Après quoi, Sayyida Zaynab (p) continua sa marche. A Médine, et durant le reste de sa vie, elle évoquait les épreuves de Karbala et des mots d'ordre d'Al-Hussein (p). Elle a quitté ce monde après avoir fait de Karbala l'hymne des révolutionnaires partout dans le monde.

Elle est tres reconnu par des grande qualités qu'elle possédait notamment on dit d'elle qu'Elle reflétait les meilleurs attributs de ceux qui l’avaient élevée. En sobriété et sérénité elle ressemblait a Oummoul Mo’minine (sa Grand-mère Khadija), en modestie et chasteté à sa mère Fatima Zahra(as), en éloquence à son père Imam Ali (as), en prévoyance et patience à son frère l’Imam Hassan (as), et en bravoure et tranquillité a son frère l’Imam Hussein (as). Son visage reflétait l’âme de son père Ali (as), et la révérence de son grand père (sas)
Elle était tres reconnu pour sa science, sa patience, sa noblesse et sa patience.

Elle était capable de donner des enseignements avec une telle carté et éloquence qu’elle devient connu comme FASILAH = extrêmement habile et BALIGHAH = intensivement éloquente.


La profondeur et la certitude de son savoir lui avait valu le nom de ‘ALIMA GHAYR MO’ALLAMA = La savante sans avoir été enseignée. On l’appelait aussi ZAHIDAH = discrète et ABIDAH = dévoué, adoratrice d’Allah.

L’Imam Zayn al Abydine dit à son sujet :

  
« Tu es par la Miséricorde d’Allah, la plus savante par excellence que nulle ne peut égaler parmi les femmes, ta compréhension des choses fait de toi la femme la plus douée de ton temps »

Elle a eu 5 enfants :
Aoune, Mohammed, Abbas, Ali et son unique fille Oum Kalthoum,donc 2 de ses fils sont tombe en martyre en karbala.

Le 15 du mois de Rajab en l’an 62 de l’Hégire. Sayyeda Zaynab (as) rendu l’âme, décéda à Cham(Damas d`aujourdhui)  et y fut enterrée.


Que la paix soit sur notre Sayyida Zaynab (p), le jour où elle est née, le jour où elle est passée auprès de son Seigneur et le Jour où, vivante, elle sera ressuscitée. 

Read 261 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir