La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule.

Rate this item
(0 votes)
La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule.

Après avoir cru à un possible accord avec les Américains, Pyongyang vient de réaliser à quel point il a eu tort. La Corée du Nord affirme que des négociations avec Washington ne sont plus vraiment utiles et qu’il n’est plus question d’une quelconque dénucléarisation de Pyongyang ou autre fadaise de ce type. Pour le gouvernement nord-coréen, Washington tente d’utiliser ces discussions inutiles afin de gagner du temps et à des fins de consommation interne. D'où ce teste avec succès d'une nouvelle arme anti-satellite à partir du site de lancement de satellite de Sohae, à Tongch’ang-ri dans la province de Pyongan, non loin de la frontière avec la Chine. Un test secret qui a été mené sous la supervision du département des armes secrètes de l’Académie Nationale des Sciences de la Défense de Corée du Nord, ce qui signifie que le missile a été lancé dans le plus grand secret, au point où aucun système de surveillance adverse n’a pu le détecter, et qu'il s'agit d' une nouvelle arme stratégique très importante pour la dissuasion nord-coréenne.

Le test du moteur de ce missile hypersonique démontre que Pyongyang veut développer des capacités en ce domaine à même de détruire les satellites de surveillance et de communication adverses et rendre inefficaces les systèmes ABM (missiles anti-balistiques) américains présents en Corée du Sud, au Japon, à Guam et en Alaska.

Ce mardi, le vice-président du Comité central du Parti du travail de Corée (PTC) a appelé le président US à cesser de faire l’offense au leader nord-coréen, Kim Jong-Un. Ri Su Yong a très sérieusement exigé que le président américain Donald Trump devrait mettre fin à ses remarques offensives contre le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un. « Si Trump ne veut pas avoir à faire face à de plus graves conséquences, il devrait revenir sur ses paroles [avant d'insulter Kim]. »

Dans la perspective de la date butoir imposée par Kim il y a quelques mois à Washington pour que celui-ci tente de changer de cap face à Pyongyang, le responsable du PTC a également averti que la Corée du Nord annonce sa décision finale sur ce sujet d'ici la fin de cette année.

Le leader nord-coréen avait précédemment conseillé à Washington avant la fin de l’année d'adopter une approche "flexible" à l'égard de la Corée du Nord, d’autant plus que « le calendrier fixé dans le discours politique du leader nord-coréen se termine cette année ».

Le test supersonique d'il y a deux jours intervient sur fond des tensions en Corée du Sud sur la présence des militaires US, quelques 28 000 soldats américains pour le maintien desquels Trump exige 4 milliards de dollars de plus pour les dépenses militaires que devra assumer Séoul. 

Ce mardi, la Maison Blanche a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à tenir une réunion pour revoir de nouveaux tests de missiles nord-coréens dimanche dernier.  Les États-Unis ont demandé au Conseil de sécurité de tenir une réunion pour examiner les récents essais de missiles en Corée du Nord et les éventuelles nouvelles mesures de la part de ce pays. Une source diplomatique américaine déclare que la réunion est censé se tenir le 5 décembre. Est-ce le début d'une sérieuse friction? Certaines sources asiatiques affirment que le leader Kim est de plus en plus convaincu qu'une stratégie à l'iranienne-refus de tout compromis dans un logique de ni guerre ni paix- finirait par mettre au pas les Américains.

Read 189 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir