Le djihad

Rate this item
(0 votes)
Le djihad

La guerre sainte en islam

et sa légitimité dans le Coran

A yatollah Murtadha Mutahhari

Sommaire

Chapitre I

Philosophie et Objectifs du Djihad

Certains croient qu’il ne devrait pas y avoir de djihad du tout dans la religion, que la religion ne devrait pas contenir de loi de guerre, que du fait que la guerre est une mauvaise chose, la religion doit s’y opposer et ne pas s’établir elle-même en tant que loi. Nous, d’autre part, savons que le djihad est un principe de base de l’Islam.

Un des arguments que les chrétiens diffusent de manière extraordinaire contre l’Islam est celui-ci. Premièrement, ils demandent pourquoi une telle loi existe en Islam et affirment ensuite qu’en raison de cette permission légale, les musulmans commencèrent des guerres avec différents peuples, leur imposant l’Islam par la force. Ils déclarent que les djihads islamiques avaient toujours été combattus pour imposer les croyances islamiques. C’est en raison de cette permission que les musulmans imposèrent l’Islam par la force, ce qui est, disent-ils, jusqu’à maintenant, la manière par laquelle l’Islam fut toujours répandu. Ils disent que le principe du djihad en Islam et un des droits fondamentaux de l’homme, à savoir la liberté de croyance, sont en conflit éternel. Ceci est une des questions à être discutées.

Une seconde question est la différence que l’Islam maintint dans les lois du djihad entre les polythéistes et les non-polythéistes. Il y a une disposition pour vivre en harmonie avec les Gens du Livre qui n’est pas applicable aux polythéistes.

Un autre sujet est la question de la différenciation ou non de l’Islam entre la péninsule arabique et le reste du monde. Est-ce que l’Islam désigna pour lui un lieu comme étant son quartier général, son centre, où personne parmi les polythéistes ou les Gens du Livre n’est admis ? Et ce lieu est-il la péninsule arabique, alors qu’en d’autres lieux, l’Islam n’est pas si sévère, et, par exemple, vit en harmonie avec les polythéistes et les Gens du Livre ? En résumé, est-ce que la péninsule arabique est différente en ces termes ou pas ?

La réponse est qu’entre la Mecque et les autres endroits, il y a sans l’ombre d’un doute une différence, et dans le verset précédant celui sous discussion, il nous est dit :

{Les associateurs ne sont qu’impureté : qu’ils ne s’approchent plus de la Mosquée sacrée (Masjid-ul-Haram) }1.

La quatrième question concerne les accords avec les polythéistes. Est-ce qu’un musulman est autorisé à effectuer des accords avec de telles personnes ? Peut-il leur faire des promesses ? Et s’il en fait, est-ce que la promesse ou l’accord doit être respecté ou non ?

Le dernier sujet concerne les conditions de guerre. Lorsque l’Islam légalisa la guerre, quel type de guerre, en termes de conditions particulières de guerre, l’Islam considère-t-il légal, et quelle sorte de guerre considère-t-il comme interdite ? Par exemple, est-ce que l’Islam estime le fait de tuer tout un peuple comme étant autorisé ou interdit ? Est-ce que l’Islam considère comme permis le fait de tuer ceux qui n’ont pas brandi l’épée : les femmes âgées, les enfants, les hommes qui sont paisiblement engagés dans leurs travaux et commerces ? Est-ce que tuer tous ceux-là est autorisé ou interdit du point de vue de l’ Islam ? Voici toutes les questions qui doivent être discutées. Les versets concernant le djihad se présentent à plusieurs endroits dans le Coran. Nous essaieront de tous les compiler avec l’aide de Dieu, afin d’obtenir l’avis de l’Islam sur ce thème.

Légitimité du Djihad

Le premier sujet que nous considérerons sera relatif à la légitimité du djihad, s’ il est correct ou non qu’une loi de guerre existe dans le contexte de la religion et le texte de ses commandements. Les contestataires disent : « Non, la guerre est mauvaise, et la religion doit toujours s’opposer au mal ; la religion doit donc toujours s’opposer à la guerre. Elle doit toujours soutenir la paix. Et, étant donné qu’elle est destinée à soutenir la paix, il ne doit pas y avoir de lois concernant la guerre, et elle ne doit jamais partir en guerre ». Ceci est le genre de propagande que les chrétiens poursuivent, faible et vide, basée sur rien.

La guerre, est-elle toujours mauvaise ? Si elle est en défense d’un droit, contre l’oppression, est-elle toujours mauvaise ? Evidemment non. Nous devons observer les conditions et les motifs de guerre et considérer pour quel motif et objectif une guerre est combattue. Il y a des moments où la guerre est une agression. Par exemple, lorsqu’un groupe de personnes ou une nation pose ses yeux avides sur les droits d’ autres personnes, sur les territoires d’autres personnes, ou lorsqu’il pose son regard sur les biens d’un peuple, ou tombe en proie à une ambition excessive, pour désirer la suprématie ou la supériorité, affirmant que « de toutes les races, notre race est la plus éminente, supérieure aux autres races, et ainsi nous devons gouverner sur ces races ». Evidemment, la guerre pour ces raisons n’est pas correcte. Si une guerre est lancée pour prendre possession d’un territoire, pour prendre contrôle de biens nationaux, ou causée pour mépriser les autres ou par sentiment de supériorité raciale, c’est une guerre d’agression. Ces types de guerres sont assurément malveillants, et il ne peut y avoir de doute à ce sujet. Nous parlerons plus tard d’un autre type de guerre : la guerre pour imposer une croyance.

Mais si une guerre de défense est entreprise face à une agression, – d’autres ayant occupé notre terre, ou ayant posé leurs yeux sur notre richesse et notre propriété, ou notre liberté et notre respect, dont ils veulent nous priver, et ayant l’intention d’imposer leur direction sur nous – dans ce cas, que doit dire la religion ? Est-ce qu’elle doit dire : « La guerre est absolument mauvaise, poser les mains sur une arme est mal, soulever une épée est mal » et soutenir par là la paix ? Et nous, lorsque nous faisons face à une imminente attaque et au risque d’être détruits, ne devons-nous pas aller à la guerre sous prétexte de paix ? Si nous ne le faisons pas, cela ne signifierait-il pas l’échec de notre défense ? Ceci ne serait pas la paix, ceci serait la reddition.

Paix N’Est Pas Soumission

Dans un tel cas, nous ne pouvons dire qu’en raison du fait que nous sommes les partisans la paix, nous sommes opposés à la guerre. Une telle chose signifierait que nous sommes les défenseurs de la misère, les défenseurs de la reddition. Ne faites pas erreur : la paix et la reddition sont aussi différentes l’une de l’autre que la craie et le fromage. Le sens de la paix est la coexistence honorable avec les autres, mais la reddition n’est pas la coexistence honorable : c’est la coexistence qui est d’un côté absolument déshonorable. En réalité, c’est une coexistence qui est absolument déshonorable des deux côtés. D’un côté, le déshonneur est l’agression, et de l’autre côté, c’est le déshonneur de la reddition face à l’injustice et l’oppression.

Cette illusion doit donc être éradiquée, et une personne qui se déclare être opposée à la guerre, disant que la guerre est totalement nuisible – qu’elle soit de l’injustice ou de la défense ou de la résistance face à une injustice – a fait une grande erreur. La guerre qui signifie l’agression doit être entièrement condamnée, tandis que la guerre qui signifie le soulèvement face à la transgression doit être louée et est nécessaire pour l’existence humaine.

Le Coran indique aussi cette affaire, et l’éclaire en réalité. Il dit :

{Et si Dieu ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement corrompue.}2.

Et à un autre passage, il nous dit :

{Si Dieu ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom de Dieu est beaucoup invoqué.} 3.

Alors, si Dieu ne repoussait pas certaines personnes par le biais d’autres personnes, la destruction et la corruption deviendraient la règle partout. De plus, c’est pour cette raison précise que tous les pays du monde estime qu’il est nécessaire, essentiel pour eux de maintenir des forces armées pour leur défense. L’existence de forces armées, dont le devoir est d’empêcher l’agression, est une nécessité absolue. Maintenant, s’il existe deux pays ayant tous deux des forces armées – l’une pour l’agression et l’autre pour la défense –, ne dites pas que celui qui a une armée sans l’intention d’agression est plus faible que l’autre, et que s’il était plus fort, il aurait aussi l’intention d’agresser. Nous ne sommes par concernés par cette affaire. Le fait est que l’existence d’une armée de défense est essentielle pour toute nation afin que la nation soit assez forte pour contrôler toute agression contre elle.

Ainsi, le Coran nous dit :

{Et préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi de Dieu et votre ennemi}4.

L’affirmation signifie : « Préparez des forces autant que vous pouvez et centralisez vos forces à vos frontières ». « Ribat » provient du terme « rabt ». « Rabt » signifie « attacher ». « Ribat-il- khayl » veut dire « chevaux attachés ». L’expression concernant les chevaux prêts est faite car dans le passé, la force des armées consistait principalement en des chevaux, mais naturellement, chaque époque a ses propres caractéristiques.

Ce que le Coran dit là est que pour que la crainte de notre force entre dans les cœurs de nos ennemis et afin de ne pas laisser l’idée d’une agression en leur esprit, nous devons nous développer une armée et nous rendre forts.

Différence Entre l’Islam et le Christianisme

Il est dit au sujet du Christianisme qu’il a la distinction de ne pas avoir de loi administrant la guerre. Nous disons, d’autre part, que l’Islam a la distinction d’avoir la loi du djihad. Si nous observons minutieusement, nous remarquons que dans le Christianisme, il n’y a pas de djihad car il n’a rien du tout. Par cela, je veux dire qu’il n’y a pas de structure chrétienne de la société, pas de système chrétien légal, et pas de lois chrétiennes sur la manière dont une société doit être formée, pour qu’elles puissent contenir une loi de djihad. Il n’y a pas de matière dans le Christianisme ; il ne contient pas plus que quelques enseignements moraux qui forment une collection de conseils comme « Dis la vérité », « Ne dis pas de mensonges », « Ne t’empare pas de la richesse des autres », et ainsi de suite. De telles choses n’appellent pas au djihad. L’Islam, cependant, est une religion qui le considère comme son devoir et son obligation pour former un état islamique.

L’Islam vint pour réformer la société et pour former une nation et un gouvernement. Son mandat est la réforme du monde entier. Une telle religion ne peut être indifférente. Elle ne peut être sans une loi de djihad. De la même façon, son gouvernement ne peut exister sans une armée. Alors que la portée du Christianisme est extrêmement limitée, celle de l’Islam est extrêmement large. Tandis que le Christianisme ne dépasse pas les frontières du conseil, l’Islam est une religion qui recouvre toutes les activités de la vie humaine. Il a des lois qui gouvernent la société, des lois économiques, et des lois politiques. Il vint pour organiser un état, pour organiser un gouvernement. Une fois ceci réalisé, comment peut-il rester sans une armée ? Comment peut-il exister sans une loi de djihad ?

1 Le Coran : Sourate 9, Verset 28.

2 Le Coran : Sourate 2, Verset 251.

3 Le Coran : Sourate 22, Verset 40.

4 Le Coran : Sourate 8, Verset 60.

Read 269 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir