Leçons tirées de la bataille d'Uhud

Rate this item
(0 votes)
Leçons tirées de la bataille d'Uhud

Bien que les Musulmans subirent de lourdes pertes dans cette bataille, les effets de cette défaite leur furent bénéfiques; en effet, ils tirèrent la leçon de cette guerre qu’ils avaient perdue parce qu’ils n’avaient pas suivi les ordres du Prophète (صلى الله عليه وآله و سلم). Leur défaite  était une épreuve pour eux, et des cendres de la bataille, ils ressortirent plus déterminés et désireux de défendre leur foi et leur cause : l’Islam.

Le Coran prend, après la bataille d'Uhud, une attitude critique en évaluant les comportements des Musulmans dans cette bataille : ((Ne faiblissez pas, ne vous attristez pas, vous êtes supérieurs si vous êtes croyants [purs et sincères]. Si une blessure vous atteint, le groupe [ennemi] a été blessé aussi. Ces journées, Nous les faisons alterner chez les hommes afin que Dieu distingue les croyants et choisisse parmi vous des témoins. Dieu n’aime pas les injustes, et afin que Dieu purifie les croyants et anéantisse les mécréants [injustes].)) (Coran III, 139-141). La défaite dans cette bataille a provoqué, dans la conscience islamique, un profond sentiment d'épuisement, de faiblesse et de grisaille. Ils se demandaient avec lourde insistance à l'intérieur de leurs âmes : Comment tout cela a-t-il pu avoir lieu ? Et pourquoi ? Mais face à cela, le Coran prend une attitude de refus face à cet état d'abattement qui a régné parmi les croyants, car l'abattement et la tristesse expriment un état d'écrasement intérieur face à la défaite. Ils traduisent un repli spirituel qui détruit le sentiment d'honneur et de dignité. Dieu fait jaillir dans les âmes des croyants l'élan de la foi et ses significations en liaison avec la place qu'occupe le croyant dans la vie. Selon la véritable mesure des choses, le croyant est le supérieur, car son attachement à Dieu lui donne le sentiment de posséder la plus grande puissance. Son élan à partir de la règle de la foi lui inspire l'idée supérieure. Son action au service de la vie l'attire vers le haut, vers la réalisation des buts de son action. C'est ainsi que la foi se transforme en un élément de force qui porte le croyant à se sentir plus fort que tous les éléments de faiblesse, de peur et d'affliction. La foi l'appelle à se sentir fort et spirituellement joyeux en souffrant et en se sacrifiant sur la voie du jihâd.

Ainsi, Dieu a appelé les Musulmans -après leur avoir demandé de renoncer à l'affliction et à l'abattement et de se sentir supérieurs sur la voie de la foi-  et les a placés face à la réalité du tableau : ((Si une blessure vous atteint, le groupe [ennemi] a été blessé aussi.)). Si les Musulmans sont vaincus et atteints d'une blessure dans la bataille d'Uhud, les mécréants avaient été dans une situation pareille dans la bataille de Badr. La défaite n'est pas quelque chose d'immuable pour ceux qui la subissent dans telle ou telle bataille. La victoire n'est pas, non plus, une loi inéluctable et permanente qui régit la vie des vainqueurs lorsqu'ils l'emportent dans telle ou telle bataille. Le Vaincu peut finir par être vainqueur, tout comme le vainqueur peut finir par être vaincu.

Parmi les images que nous offre la fin de la bataille d'Uhud, avec la défaite qui a succédé au triomphe initial; et qui a mis en évidence beaucoup de points négatifs, intellectuels et spirituels, qui ont caractérisé les divers personnages ayant participé au combat, nous trouvons celle qui nous est présentée par les Nobles Versets suivants : (([Rappelez-vous] lorsque vous fuyiez, sans faire attention à personne, et derrière vous, le Prophète vous appelait. [Dieu] vous a infligé tristesse sur tristesse [passagère de ce monde] afin que vous ne vous affligiez pas ni [à propos] de ce qui vous a échappé ni [à propos] de ce qui vous a frappés [et que votre attention et votre cœur soient tournés uniquement vers Dieu].Dieu connaît vos actes. Il a fait descendre sur vous une sécurité après votre tristesse, un sommeil s’empara d’un groupe d’entre vous. [Les gens de] l’autre groupe [ne] se souciaient que d’eux-mêmes et imaginaient de Dieu comme les païens, [une imagination] contraire à la vérité. Ils disaient : « Si nous avions eu [un soutien de dieu de] victoire, nous n’aurions pas été tués ici ». Dis [-leur] : «  Si vous étiez restés dans vos maisons, ceux dont la mort était écrite seraient quand même allés à leur lit (où la mort les attendait) ». [Tout cela est arrivé] afin que Dieu éprouve ce qui se trouve dans vos poitrines et purifie [par l’épreuve] ce qui est dans vos cœurs. Dieu connaît les secrets des cœurs.)) (Coran III, 153-154).

Ces Versets montrent comment les Musulmans ont éprouvé la tristesse psychologique que Dieu a implantée dans leurs âmes lorsqu'ils ont éprouvé cet état d'effondrement et de fort regret consécutifs à leurs méfaits, avant de se trouver dans une situation à laquelle ils ne s'attendaient point. Et cela en réaction à la tristesse qu'ils ont causée au Prophète ((صلى الله عليه وآله و سلم , aux Musulmans et à l'Islam.

Read 64 times

Ajouter un commentaire


Security code
Rafraîchir